Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • : Ce blog traite des causes endogènes et exogènes liées à la pauvreté de l'Afrique. Il fait par ailleurs un pont entre l'Afrique et la France: la françafrique.
  • Contact

Recherche

Archives

20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 10:01

 

Photob 001Nous parlons de démocratie dans le sens d'un système politique où le peuple est le seul garant du pouvoir. Par conséquent, celui qui exerce ce pouvoir, l'exerce pour le peuple qui par des moyens démocratiques a un pouvoir de contrôle sur ses dirigeants que lui même a élu.

 

Il y a à la base de ce contrat la confiance qui s'instaure et qui confère la légitimité. Au bout, le dirigeant élu a le devoir de rendre compte de la gestion de son mandat. Au peuple peut sanctionner celui-ci soit, positivement en le reconduisant, soit négativement en l'écartant en faveur d'un autre candidat.

 

Ce système politique, le moins mauvais des systèmes de gouvernance  contrairement à ce que certains pensent, n'est pas incompatible en Afrique.

 

Reste à étudier les stratégies et les mécanismes nécessaires à son acceptation par une large opinion africaine, je veux parler surtout des leaders politiques.

 

Comment faire pour que ceux qui perdent une élection acceptent démocratiquement leur défaite au lieu de recourir à la violence ?

 

 Comment faire pour que ceux qui gagnent démocratiquement respectent la diversité des pensées au lieu de recourir à la menace ?

 

Il y a une urgence; car les guerres qui éclatent en Afrique ces dix dernières années resultent des révendications des uns et des contestations des autres. Chaque groupe politique a l'impression qu'en perdant les élections, on perd le pouvoir  à vie.

 

 Dans ce cas, recourir à l'ethnie pour se faire justice devient la meilleure stratégie politique. Les guerres pour le pouvoir prennent la forme des guerres ethniques. Ce fut le cas au Congo brazzaville. Le même scénario prend forme en Côte d'ivoire.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires

Wallys KIMBATSA 29/01/2007 21:15









  FOCUS SUR L'ACTUALITÉ








 
La nef des dictateurs (Mwinda 27/01/2007) ( 27/01/2007) Que la folie d’un dictateur en Afrique s’agite au fond du cœur éclate l’évidence car le fou de la dictature en Afrique ne tolère même s’il est patient, aucun propos sérieux.Un sage africain volontiers augmente son savoir par des paroles sages et par la lecture de ce qui se passe dans le monde. Quand un fou de la dictature en Afrique veut jouer, il prend sa cornemuse dictatoriale (Tout pour lui et les colons Français, Américains et Anglais. Rien pour le Peuple africain) et fait fi de la harpe de la justice internationale. Quel culot ! Aucun plaisir au monde ne vaut pour lui son outre et ses tuyaux à vent. Même pour ses visites il n’aime la critique. Les fous de la dictature en Afrique sont prolifiques et pullulent partout. Pauvre fou que tu es, songe qu’au dernier jour en tant qu’homme mortel, tu deviendras poussière, cendre, boue et fumier. Parmi les créatures vivant dans la nature et douées de raison, tu es la plus infime. La bave qu’on écume, un ferment de levure et au mieux un bâtard. A quoi bon te vanter de ta belle stature, ta force et ta jeunesse, ton or et ta noblesse car rien sous le soleil ne peut nous être utile quand manque la sagesse ! Vanité des vanités, dit l'Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité. Quel avantage revient-il à l'homme fou de la dictature en Afrique de toute la peine qu'il se donne sous le soleil ? Une génération s'en va, une autre vient, l’Afrique et la terre subsisteront toujours.Mieux vaut pour toi souffrir qu’un sage africain te punisse plutôt que de jouir du rire admiratif d’une ânesse béate ; car le bruit des chardons brûlant sous le chaudron craque, aussi limpide que le rire des fous.Heureux qui porte en soi en toutes circonstances la crainte du seigneur et du peuple africain. Le cœur du sage africain accepte de rentrer dans la maison, de deuil et de tristesse, mais le fou de la dictature en Afrique ne s’occupe que sa cornemuse. (Tout pour lui et les colons Français, Américains, et Anglais. Rien pour le Peuple africain). On a beau répéter, prier et supplier pour que le fou renonce à toutes ses lubies- C’est à parler à un sourd qui ne comprendra pas ni la loi, ni le blâme. A nos dirigeants africains qui ont la conviction d’êtres les enfants chéris des occidentaux (France, Amérique ou Angleterre), nous leur disons qu’ils se trompent éperdument. Le sort réservé à Saddam Hussein ancien allié fidèle des Etats-Unis les attend dans quelques années à venir car, certains de nos dirigeants qui, se sont « taillés » des constitutions à vie (ils peuvent se représenter aux élections autant de fois qu’ils veulent et ce avec l’assurance de l’emporter par la fraude) et qui, oppriment leur peuple en leur privant de liberté et de démocratie réelle, orchestre des tueries et des enlèvements etc.… auront un jour, à répondre de leurs actes devant des tribunaux spéciaux (national ou international; Deux certitudes nimbent la période actuelle. D’abord, en ces temps dominés en Afrique par certains dictateurs lâches, il y a plus que jamais, des individus tant sur le plan national qu’international pour nous permettre de ne pas désespérer de l’humanité. Ils sont les « justes », ceux qui n’hésitent pas et n’hésiterons jamais à risquer la mort pour sauver des vies et la démocratie véritable en Afrique. L’Afrique d’aujourd’hui et de demain est peuplé de désirs d’avenir démocratique au vrai sens du terme et de périls pour les dictateurs habités par la folie et, dans une angoisse de veillée d’armes, il faut redoubler d’optimisme pour penser que le pire des dictateurs africains est sûr. Il est à venir. Ensuite, avec les futurs échéances présidentielles à venir, les plus importantes dans cette nouvelle ère démocratique et de mondialisation, il s’agira de choisir un destin démocratique réel pour nos pays plus encore qu’un chef de l’Etat patriotique et sain d’esprit. Avec la relance de l’affaire des " disparus du Beach " par la Cour de Cassation française ce 10 janvier à Paris, nous avons découvert chez l’homme (le magistrat français) qui sait lire et dire le droit, cette part irréductible de courage, de désintéressement et d’amour pour l’avenir de l’Afrique démocratique qui le caractérise aussi. En rappelant haut et fort que la force du Bien fera toujours face aux forces du mal, la justice française nous a délivré un message d’espoir. Les justes et le Bien existent. Les pires systèmes totalitaires ne les détruiront jamais. Wallys KIMBATSA.



Articles Récents