Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • : Ce blog traite des causes endogènes et exogènes liées à la pauvreté de l'Afrique. Il fait par ailleurs un pont entre l'Afrique et la France: la françafrique.
  • Contact

Recherche

Archives

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 17:38

Photob 001Depuis un certain temps la question relative à la polygamie anime les débats en France. A l'origine, une affirmation très claire de la France considérée comme une terre chrétienne par conséquent, contre la polygamie, une pratique venue d'ailleurs si on en croit les théologiens de la monogamie en France.  

 

N'empêche, la question met au jour un fossé.  Ce fossé oppose le monde musulman et le monde chrétien. Le premier tolère la polygamie c'est -à- dire donne la possibilité aux hommes, si les moyens le leur permettent, d'épouser jusqu'à quatre femmes.

 

Le monde chrétien, parcontre, s'oppose à toutes les formes de polygamie c'est- à- dire il est interdit d'épouser plus d'une femme. 

 

Pour contourner cette disposition, certains hommes choisissent la polygamie clandestine qui consiste à vivre avec plusieurs femmes dont une seule sera l'épouse: la femme "officielle".

 

En agissant de la sorte, juridiquement, il n'y a pas de polygamie étant donné que cet homme ne reste marié qu' à une seule de ses femmes. Il s'agit bien sûr du mariage administratif.

Cette pratique de la ruse est respectueuse des lois de la République en matière de la monogamie. Mais sur le papier seulement.

 

Les polygames clandestins, c'est la nouvelle découverte du Ministre de l'intérieur Monsieur Brice Hortefeux qui martèle même à ceux qui n'ont pas envie de l'entendre que la polygamie est interdite en France. 

 

Il reste une question qui m'a été posée par un ami polygame: Pourquoi la France empêche les hommes de  vivre avec plusieurs femmes alors que bon nombre de français "blancs" entretiennent des relations extra conjugales sous la forme des maîtresses ?

 

mitt89pt.jpgJ'ai répondu, toute la différence tient à ceci, une maîtresse on ne vit  pas avec elle mais on sort avec alors que dans la polygamie l'homme vit avec toutes ses femmes.

 

Vivre avec une femme fait d'elle votre femme mais sortir  avec une femme fait d'elle votre maîtresse et aucune loi de la République ne condamne cela. Trêve d'hypocrisie  ? Peut être.

 

Ainsi, Anne-Marie Pingeot. fut la maîtrise de François Mitterrand, époux de Danielle Mitterand. Puis que cette relation ne fut jamais "officilalisée", Le Président de la République française ne fut jamais considéré comme un polygame. 

 

On en vient à une autre problématique qui porte sur la liberté et le mariage. Avoir une maîtresse dans le sens que l'on donne à ce mot ne prive en aucun cas de sa qualité d'homme libre. Cependant dans une relation  d'époux-épouse la nécessité des rapports voudrait que chacun y sacrifie une partie de sa liberté.

 

Dans ce cas, avoir plusieurs femmes dépouille l'homme de toutes ses énergies mais aussi   le rend de façon très sinueuse esclave de toutes ses relations. Or l'homme se définit par sa liberté. Le polygame  qui se croit fort et gagnant à la surface devient le petit asservi des appétits inassouvis dont les premières victimes sont  les enfants nés de telles relations du moins dans la dimension d'indisponibilité du géniteur.

 

Par  ailleurs, au nom de la liberté, les mariages se raréfient au profit des unions  libres qui permettent à chacun de se séparer de son conjoint sans trop d'ambages aussitôt que le compte n'y est plus.

Dans ce cas les séparations sont légions sacrifiant au passage le sort de milliers d'enfants dont plus de la moitié grandiront névrosés. Pour mieux accentuer le phénomène, il a été crée un nouveau statut en Europe, "les femmes seules" donnant droit aux allocations.

 

De ce fait, un polygame qui vit en union libre avec toutes ses femmes ne risque pas de perdre sa nationalité quelque soit la législation. 

 

De la même manière, un étranger ( un  non français) polygame vivant en France n'a pas de soucis à se faire étant donné que la loi ne concernera que les Français.

 

Au final la situation deviendra inadmissible et accentuera les inégalités entre un polygame français et un polygame étranger. La loi, si elle est votée, ne s'appliquera qu' au premier. 

 

Encore  une inégalité en perspective. Nous voulons la République des Égaux Monsieur le Ministre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans FRANCE
commenter cet article

commentaires

Raphaël Zacharie de IZARRA 19/06/2010 22:56




L'OR DES GEIGNARDS



 


France, pays des injustices économiques, des inégalités sociales, des victimes de la crise ?


 


Foutaise !


 


Ceux que l'on appelle des pauvres, qu'ils soient chômeurs, employés ou prolétaires sont en réalité des nantis pourris par les trésors quotidiens qu'ils boudent comme des enfants de princes
n'appréciant plus leurs joujoux.


 


Manifestants, licenciés économiques, allocataires du chômage sont de grands favorisés. Sauf que, sans cesse insatisfaits des autres bonheurs dont ils jouissent d'emblée, gavés de
privilèges, repus de superflu, blasés de biens matériels, obèses de l'esprit, ils ignorent leur chance.


 


Leurs doléances ? Ne pas pouvoir partir en vacances, sortir au restaurant, habiter dans une maison plus vaste, changer de voiture, bref ne pas gagner le salaire de leurs patrons,
s'offrir la même télévision en relief que leur voisin...


 


Pourtant ces gens mangent à leur faim (et même s'ils ne mangent pas à leur faim, il y aura toujours à leur disposition non seulement les poubelles mais encore les organismes
d'entraide), ont accès aux soins médicaux, ont de l'eau claire coulant de leur robinet (ce qui constitue un miracle dans certains pays), peuvent se cultiver gratuitement
dans les bibliothèques municipales, vivent libres dans le plus beau pays du monde..


 


Mais surtout... Ils ont INTERNET chez eux (ils cherchent même du travail depuis leur lit sur les sites d'emplois mis à leur disposition, alors qu'hier il fallait se déplacer dans les
agences).


 


Rien que le fait de vivre à l'ère de l'INTERNET dans un pays où tous peuvent y avoir accès est en soi un cadeau de la vie.


 


Personnellement j'estime que mon accès à INTERNET représente le summum du luxe dans mon existence. Pour cette chance inouïe il ne me viendrait pas à l'esprit de me plaindre de ma vie. Parce
que je sais apprécier pleinement les choses, non seulement je ne me lasse pas du peu que j'ai (contrairement aux amasseurs de biens matériels crevant d'ennui, inassouvis), mais en
plus je m'émerveille chaque jour un peu plus des miracles technologiques et naturels qui m'entourent. Tout ce que je possède (pas grand-chose comparé aux critères actuels définissant les
bases du confort), tout ce que je savoure me suffit, me comble, dépasse même mes aspirations matérialistes. Et je rends grâces au destin pour ces excellentes choses que
j'ai au lieu de me plaindre de ce que je n'ai pas.


 


Et que je n'ai d'ailleurs pas besoin.


 


C'est bien peu me diront la plupart d'entre vous... Mettez-vous à la place d'un pauvre, un vrai, vous verrez que c'est énorme !


 


Pour avoir cette acuité il faut sur les choses porter un regard simple, authentique, essentiel et non pas réagir en éternel avantagé se croyant pauvre.


 


Même si je devais ne pas manger à ma faim chaque jour, par exemple jeûner une fois par semaine, avec tous les avantages qui me resteraient encore j'estimerais être un privilégié et
l'idée de me plaindre de ma condition ne m'effleurerait toujours pas l'esprit.


 


Evidemment j'ai bien conscience qu'avancer l'argument de l'eau surgissant des robinets en fera rire plus d'un parmi les "pauvres" qui aspirent à une vie meilleure, c'est à dire à une vie
encombrée d'objets inutiles, d'artifices coûteux, de plaisirs payants... Ces "déshérités" qui pleurent et crient à l'injustice, se révoltent parce qu'ils gagnent moins que le SMIC ne me
prendront guère au sérieux à l'évocation de l'eau potable à leur disposition car, trouvant cela tellement évident, la question ne se pose même plus pour eux. D'ailleurs il est inconcevable à
leurs yeux que même le plus pauvre des pauvres en France ne puisse avoir un robinet chez lui d'où sorte une onde saine... Ce qui signifie que les plus pauvres en France -ceux que l'on dit
indigents- ont encore droit au privilège des rois du passé, droit à ce qui est considéré comme un don des dieux dans certains pays pauvres.


 


C'est dire la profondeur de leur ingratitude envers le sort, le degré de corruption de leur âme émoussée, la dégradation de leurs moeurs au contact des perpétuelles faveurs de leurs jours
bénis par la fortune...


 


Avoir de l'eau potable sous son toit est le plus premier des bienfaits (essayez donc de vivre sans eau courante). L'homme en a fait du chemin depuis les cavernes
! Merveilles des merveilles, aujourd'hui la source de la vie coule de son robinet ! Combien dans ce pays de Cocagne s'en rendent-ils compte ? Et cela n'est qu'une des innombrables richesses à
la portée de chacun d'entre nous !


 


Vélos, instruments de musique, caméras, appareils photos, technologies diverses sont à notre service, forêts, vent, nuages, firmament s'offrent à notre curiosité, jardinage, promenades,
natation, lecture, écriture, chant représentent nos activités potentielles sans que ces objets, prodiges de la nature et occupations saines ne parviennent à contenter les geignards qui
considèrent ces choses comme insignifiantes et les méprisent ! Les dégénérés et les faibles, plutôt que de goûter à ces trésors préfèrent posséder des écrans de télévision à la
mode, porter des vêtement de marque branchés et des lunettes noires très onéreuses. Ces "pauvres" mettent leur fierté dans le fait de pouvoir se payer des imbécillités, c'est à dire des
vacances, des grosses voitures, des télévisions derniers cri et non dans le fait de s'extasier devant un robinet.


 


Vivre dans un pays dont les ordures, accessibles, sont composées à profusion d'aliments sains est le signe que la vraie pauvreté dans ce pays n'existe pas.


 


Surtout si, comble du bien-être, ce pays d'opulence s'appelle la France


 




Raphaël Zacharie de
IZARRA





Articles Récents