Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • : Ce blog traite des causes endogènes et exogènes liées à la pauvreté de l'Afrique. Il fait par ailleurs un pont entre l'Afrique et la France: la françafrique.
  • Contact

Recherche

Archives

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:27

LEMONDE.FR avec AFP | 14.03.11 | 17h37  •  Mis à jour le 14.03.11 | 18h37

 

 

 

 

Le site nucléaire de Tricastin, dans la vallée du Rhône.AFP/FRED DUFOUR

 

 

Le cœur d'un réacteur nucléaire est constitué de tubes en alliage de zirconium, ou gaines, contenant des pastilles d'uranium (ou de plutonium), réunis dans ce que les ingénieurs appellent des assemblages combustibles. De l'eau circule entre les barres pour générer de la vapeur, qui est envoyée dans une turbine afin de produire de l'électricité.

Le réacteur est le site où s'opère la fission des noyaux d'atomes d'uranium, provoquant une réaction en chaîne qui produit de la chaleur, de nouveaux éléments radioactifs comme le strontium ou le césium, et de nouveaux neutrons "libres" qui prolongent le processus.

Vendredi, quelques secondes après le séisme, la réaction en chaîne a été arrêtée automatiquement dans toutes lesC13D303C28EDFD1C28EF9D1F2A37FB centrales du pays. Les barres de contrôle contenant du bore, élément chimique qui absorbe les neutrons, ont bloqué le processus. Mais même après l'arrêt, la désintégration naturelle des matériaux radioactifs dans le cœur du réacteur continue de produire de la chaleur, qui descend au quart de son niveau initial au bout d'une heure, et se réduit ensuite plus lentement.

REFROIDIR LE CŒUR DES RÉACTEURS

Cette chaleur disparaît normalement grâce aux pompes de refroidissement, mais à Fukushima Dai-Ichi, celles-ci n'ont pas fonctionné car les générateurs de secours ont été touchés par le séisme et le tsunami. Pour cette raison, les équipes de secours ont injecté de l'eau de mer dans les réacteurs. Il est essentiel de refroidir le cœur des réacteurs car même en l'absence de réactions en chaîne, la chaleur reste suffisante pour faire fondre les gaines de métal qui entourent le combustible nucléaire.

Si ces gaines sont trop chaudes, une réaction chimique se produit avec l'eau qui les entoure et se dégage alors de l'hydrogène, explosif au contact de l'oxygène de l'air. C'est cet hydrogène qui est, selon les experts et les autorités, à l'origine des deux explosions constatées jusqu'ici sur le site de Fukushima Dai-Ichi, sur le réacteur n° 1, samedi, et le réacteur n° 3, lundi.

IL N'Y A PLUS DE RISQUE D'EXPLOSION, SELON LES EXPERTS

Le cœur du réacteur est contenu dans un récipient d'acier, la cuve, qui est elle-même entourée d'une enceinte de confinement en béton. A Fukushima, ces caissons sont entourés d'une structure métallique, qui n'a pas d'incidence sur le plan de la sécurité. C'est cette structure, et non le caisson, qui a été soufflée samedi sur le réacteur n° 1, assurent les autorités.

Si la cuve d'un réacteur venait à se fissurer, cela provoquerait une hausse des niveaux de radiation, mais les experts estiment qu'il n'y a plus de risque d'explosion, car la chaleur n'est plus suffisante. Le risque le plus grave aujourd'hui est une fusion du cœur, ce qui condamnerait définitivement l'installation, car il est très difficile voire impossible dans ce cas de retirer le combustible. C'est ce qui s'est produit en 1979 lors de l'accident de Three Mile Island, en Pennsylvanie.

Dans le cas de l'accident de Tchernobyl, en 1986, le plus grave de l'histoire du nucléaire civil, la situation était différente car les barres de contrôle ne sont pas parvenues à bloquer la réaction en chaîne, provoquant des explosions qui ont détruit le réacteur. Selon l'échelle de gravité mise au point après Tchernobyl, l'accident de la centrale ukrainienne a atteint le niveau maximal de 7, celui de Three Mile Island était de niveau 5. Les problèmes à la centrale de Fukushima Dai-Ichi ont pour l'heure été classés de niveau 4.

 

A venir sur Le Monde.fr : Une infographie qui décrit la structure et le fonctionnement d'un réacteur nucléaire.

 

 

 

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans MONDE
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:10

C13D303C28EDFD1C28EF9D1F2A37FB.jpgBrice Matingou Ce qui se passe au Japon, c'est un drâme absolu, c'est un traumatisme qui s'ajoute à d'autres traumatismes que ce pays a connus depuis 1945 et même avant. Le Japon ne s'est construit que par la force d'âme et la cohésion sociale. Ma conviction est que ce pays va se reconstruire car les Japonais savent le le faire, ils ne savent faire que cela. La catastrophe naturelle a causé déjà plus de 15000 morts. Et si la catastrophe nucléaire a lieu, nous  serons dans l'apocalypse.
news.fr.msn.com
‎10H25 - Messages - Google se met au service de la recherche de personnes disparues ou sinistrées et offre des informations utiles: ce matin près de Retrouvez toute l'actualité internationale, Française, politique, économique, financière, sportive: journal télé, vidéos et photos avec MSN
Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans MONDE
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 01:23
Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans FRANCAFRIQUE
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 01:15
Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans FRANCAFRIQUE
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 01:10
Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans FRANCAFRIQUE
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 09:11

Photob 001La question divise l'opinion internationale. Le Conseil de sécurité des Nations-Unies, l'OTAN, l'Union Européenne ne sont pas d'accord sur la meilleure stratégie à adopter. La seule question qui fait l'unanimité est celle de savoir si Kadhafi  doit quitter le pouvoir.

La deuxième question, qui est aussi la plus ardue, faut-il intervenir militairement contre Kadhafi ? Divise les gouvernants: certains comme Sarkozy veulent  y aller pendant que d'autres hésitent.

 

Pourquoi hésite-t-on ?  Les Occidentaux le savent, ils ont vendu des armes à Kadhafi. Ils ont formé ses meilleurs généraux. Le tout sous  fond de contrats pétroliers. Économiquement, l'homme était rentable.

 

Mais à la faveur des révolutions tunisiennes et égyptiennes, les opposants libyens tentent de renverser leur guide, Kadhafi au pouvoir depuis 42 ans.

Ils le savent, pour que leur révolution aboutisse, ils doivent donner des garanties à leurs futurs partenaires: les clients du pétrole libyen.

 

 

Ainsi, certains Occidentaux voient dans ces opposants des partenaires susceptibles de remplacer le tyran. Pour être  crédible, l'opposition doit prouver sa capacité d'achat  des armes occidentales  nécessaires pour résister et faire triompher leur révolution contre l'armée de Kadhafi. Ils doivent aussi accepter de signer des contrats pétroliers, aux meilleurs prix, sous une forme compensatoire.  

 

Si toutes ces garanties sont données, l'opposition libyenne deviendrait plus rentable que Kadhafi. Et puisqu' économiquement la France est en panne, Sarkozy n'a pas pu résister  aux promesses des opposants libyens. La258559-jpg 147731 France est donc prête à intervenir militairement en Libye. 

 

En agissant de la sorte, les révolutionnaires en sortiront heureux dans l'aboutissement de leur révolution. Ce qui est une bonne chose. Mais c'est, avant tout, les Occidentaux qui en sortiront gagnants économiquement.  Une intervention militaire sur la base de ces intentions est donc dangereuse.

 

L'Occident peut-il intervenir en Libye sans arrière pensée liée au pétrole ? Beaucoup d'esprits se posent sérieusement la question. Et pourtant, il y a  la nécessité d'agir en urgence.

 

En effet, humanitairement et moralement, l'humanité ne doit pas assister sans rien faire pendant que Kadhafi fait tout son possible pour massacrer la population révoltée. La communauté internationale ne doit pas tolérer de tels massacres.

Nous sommes tous coupables d'une telle indifférence choquante.

 

Notre humanité si elle est positive doit secourir et soutenir l'opprimé, le faible contre son bourreau. Notre humanité doit soutenir et défendre le peuple contre le tyran avant toutes les autres questions liées  à la géopolitique, au commerce ou à l'immigration. Il s'agit avant tout de s'engager pour empêcher Kadhafi de faire  plus de morts:  l'homme en est capable.

 

Il est urgent de sauver des vies en Libye; car nous sommes tous frères en humanité. Défendre les civils libyens, c'est une affaire de coeur pas d'intérêts. 

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans ACTUALITE
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 02:04

 

 

Photob 001Jean Jacques Rousseau ne disait-il pas "la loi ne frappe pas les fripouilles"  ? Les gueux et les puissants n'ont pas la même justice contrairement à ce qu'ils veulent nous faire croire. La justice est au service des Princes pour punir et condamner les petits hommes. Le cas de J. Chirac en est une illustration.

 

Chirac a les mains dans le sac de la justice avec les affaires des emplois fictifs de la mairie de Paris et de Nanterre. Les contribuables parisiens ont été abusés de plus de quatre millions d'euros dans cette affaire.

 

Ceux-là attendaient depuis une vingtained'années que l'homme rende aisément compte à la justice comme tout justiciable. A la grande surprise du Tiers-État,  le procès est repoussé à une date ultérieure. Mais personne n'est dupe. Ce procès n'aura plus lieu.

 

Une fois de plus, la preuve est faite: l'égalité de tous devant la loi, principe fondateur  de la Révolution française de 1789, est un leurre. Aujourd'hui, le peuple a les preuves d'une justice qui ne frappe que les faibles: les riens, les gens méprisables.

 

Pourquoi J. Chirac n'est pas un justiciable comme les autres ? chirac.jpg

 

 Les hommes politiques, les gouvernants, les princes, les souverains s'octroient mutuellement quelques privilèges qui les placent au dessus du peuple. Ils signent une sorte de pacte qui les rend solidaires quelque soit leurs divergences politiques: l'immunité à vie.

 

Par conséquent, les hommes qui exercent ces trois pouvoirs: celui de faire des lois, celui d'exécuter les résolutions publiques et celui de juger les crimes des particuliers sont amis et complices. 

 

Leur amitié affaiblit la justice. Et lorsque dans un pays la justice est faible, c'est-à-dire, si elle ne frappe que les dépourvus, il règne dans ce pays un affreux sentiment d'injustice qui porte atteinte aux valeurs de la République française.

 

Or, la France ne vit que grâce à ses valeurs. C'est donc, la nation qui est en danger.

 

Puissent tous les français se souvenir de cet acte indigne et injuste qui choque beaucoup d'esprit. 

 

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans FRANCE
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 19:38

 Trop de Noirs ! Trop de musulmans ! C'en est fini avec notre belle et douce France! Murmurent des pauvres dames  qui viennent de visiter une banlieue parisienne comme on visiterait le peuple massaï du Kenya. Elles avoueront après leur visite à haut risque qu'elles ont eu peur. Peur des immigrés. Peur de voir la France noircir. Peur de voir leur France s'islamiser. Il faut le dire, ces esprits faibles ont aussi  peur des crises économiques, peur de la mondialisation. Mais avant tout c'est la peur des autres qui prime. Les autres, ces immigrés.

 

Ces citoyens du terroir ont tellement peur qu'à leurs yeux la fille de Marie Le Pen devient un rempart inéluctable. Elle incarne la personne qui doit nettoyer et sauver la France. Pour quoi elle ? Neuf fois sur dix, elle vous répondra qu'elle n'est pas une immigrée, elle et Claude Guéant. Pour eux, « les Français, à force d'immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux. »

 

Je pose la question plus clairement : A quoi devait ressembler la France sans un seul immigré ? Mais avant d'y répondre interrogeons nous sans passion:  qui n’est pas immigré en France ?

 

Marine le Pen, Eric Zemour, Claude Guéant et autres individus de leur espèce ont la certitude d'être Français de souche et ils ont trouvé des gens assez cons pour le croire. Que dit Braudel F. sur la population française ?

 

  « La population française est un tissu composé de Photob 001plusieurs ethnies, de plusieurs peuples régionaux rassemblés, auxquels se sont joints par les différentes immigrations depuis plus d’un siècle, des étrangers d’Europe et de pays plus lointains. Tant d’immigrés depuis notre Préhistoire jusqu’à l’Histoire très récente, ont réussi à faire un naufrage sans trop de bruit dans la masse française que l’on pourrait dire, en s’amusant, que tous les Français, si le regard se porte aux siècles et aux millénaires qui ont précédé notre temps, sont fils d’immigrés. »

 

Pourquoi "nos français de souche" ignorent-ils l'histoire du peuplement de ce pays ? 

 

 De la romanisation à la germanisation des Gaulois durant plusieurs siècles de domination, il devenait de plus en plus rare de rencontrer des Gaulois culturellement homogènes. Au contact d’autres peuples différents, l’identité nationale gauloise devait, soit résister, soit se modifier, c’est-à-dire s’adapter, soit disparaître. Pour ma part, je pense qu’elle a subi des chocs très violents, par conséquent l’identité gauloise - culture et valeurs - devait se modifier c’est-à-dire qu'ils, de façon volontaire ou involontaire, durent adopter des valeurs, des cultures, des noms des peuples étrangers, par stratégie d’adaptation et de survie. D’une culture homogène, leur culture devint hétérogène.

 

Mais ils ne sont pas nombreux au XXIe siècle ceux qui se réclament de la descendance des Francs, ainsi que d’autres peuples germaniques. Et si Marine était descendante des Francs ? Dans ce cas, elle serait immigrée ce qui l'exclurait ipso facto de la branche de  « Français de souche.» 

 

Dans tous les cas, en 1789, la population française était déjà assez métissée du fait des différentes invasions et des apports des différents peuples, issus des différentes régions rattachées au territoire national.

 

 « les peuples ne sont presque jamais constitués d’après leur origine primitive »3, dans la mesure où, dans leurs contacts avec les autres, ils se modifient et changent volontairement ou involontairement. Marine et les siens ne peuvent constituer l'exception. 

 

Ainsi, la France de 1789 tout comme celle d’aujourd’hui est une France métissée tant du point de vue territorial que du point de vue démographique. Les différentes vagues d’immigration depuis les Francs et les différents liens, rendent la notion « Français de souche » aléatoire et abusive.

 

Dans la majorité des cas, il s’agit des imposteurs qui nous prennent pour des faibles et voudraient nous faire croire que la France est à eux. Et, à supposer que ces propriétaires aient pu exister, ils oublient que les privilèges avaient été abolis depuis la nuit du 4 Août 1789.

 

A compter de cette date, les terres de ce pays relevaient de propriétés exclusives de la Nation, donc du peuple. Le peuple, c’est la somme des Français dans notre unité complexe et notre complexité unie. C’est ce qui fait la particularité de notre pays.

 La France à ceci de particulier, très particulier : personne n'est pas plus Français que l’autre, même pas les Gaulois ( je l'ai montré). La nationalité française héritée de parents français ne trouve aucune justification dans la couleur de peau des uns ou des autres ou dans la religion des uns et des autres. La différence vient du fait qu'il y a des gens qui savent d'où ils sont venus, tandis que d'autres l’ignorent ou feignent de l’ignorer. Mais, l'ignorance n'est pas un prétexte pour prétendre être un « vrai Français ». Il s'agit d'une ignorance contre laquelle il faut lutter.

 

Par ailleurs, c'est parmi ces imposteurs que l’on trouve le nombre le plus élevé de racistes qui ont la certitude que ce pays est à « eux » exclusivement. Ils voudraient empêcher les « autres » de participer à la vie de ce pays, ou tout simplement de l'aimer sur la simple base du non conformisme au « corps traditionnel français ». Pour Marine et les siens, un immigré,4 restera toujours un étranger. thumbnail.jpg

 

Pour nos imposteurs et jeunes Gaulois, la douce France est en danger à cause de l’immigration. Ils veulent la nettoyer, la rendre propre, blanche. Pour y arriver, ils trient : à leur entendement, il y a de « vrais » et de « faux » Français, selon des critères qu’ils sont bien les seuls à maîtriser.  « Quand on naît con, on est con pour la vie, » disait Brassens.8

 

Etre Français, c’est croire aux valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, heritées depuis 1789. Mais, le simple fait de croire aux valeurs de la République est largement insuffisant, il faut encore les défendre contre les nostalgiques d’un temps révolu.

 

L’Egalité de tous les français en tout lieux et en tout temps est un héritage considérable de la Révolution, « la République des Egaux » selon les mots de G. Babeuf.10 Ainsi, la remise en cause de ce principe, d’une manière ou d’autre, sera à l’origine de la fracture du pacte républicain.

 

 Par conséquent, on s’autoproclamant « Français de souche», par opposition au « Français de feuille » ou « Français de papier », on s’octroie sournoisement des privilèges sur la base de la « préférence nationale » chère à Le Pen qui se traduit dans ce cas en : « préférence blanche».

 

Agir dans ce sens, c’est remettre à jour le principe d’inégalité de traitement, avec tous les risques qui en découlent chez les victimes. Mais, c’est aussi en finir avec les acquis de 1789, dans ce cas, les opprimés feront une nouvelle Révolution.

Enfin, c’est mettre la Nation en périr, car une Nation ne tient que si tous ses fils partagent le même rêve.

 

 Marine, nous n'avons pas peur de votre idéologie qui ne fait rêver que M. Sarkozy qui vous trouve séduisante même très séduisante au point où il sacrifie la République pour des fins de stratégie électorale. 

 

 De toute façons, vous n’avez d’autres choix que de vous adapter car le problème du métissage se pose / s’impose, et ira croissant en s’accélérant sur les brèches créées par la mondialisation. C’est donc par la volonté générale des uns et des autres que l’émergence de la Nation sera possible. Mais une Nation n’est pas acquise définitivement, elle est une conquête permanente où chacun trouve sa place sans exclure les autres.

 

La Nation est un espace où « les hommes sentent dans leur cœur qu’ils sont un même peuple lorsqu’ils ont une communauté d’idées, d’intérêts, d’affections, de souvenirs et d’espérances. Voilà ce qui fait la Patrie. La Patrie, c’est ce qu’on aime 1»

 

Tous comptes faits, la France est un bon projet qui peut-être ne se réalisera pas du fait des mentalités des uns et des autres qui s’excluent au lieu de fusionner, qui ont peur et qui font peur. Dans ce cas, c’est la Nation qui sera en péril car :

- si le sentiment de vivre ensemble se révélait davantage un slogan qu’une réalité puisqu’ « une nation est…une grande solidarité.»2

- si les valeurs qui ne feraient plus rêver, ne l’emportaient sur les frustrations en lieu et place de l’affection.

Dans ces conditions les valeurs s’appauvrissent et disparaissent tôt ou tard, quel que soit le mode de vigilance mis en place. Ce fut le cas des anciennes et brillantes civilisations disparues par effet d’élimination naturelle.

Mais nous ne voulons pas en arriver là mesdames et messieurs les Français de souche. Ne vous en déplaise, à force de faire de telles déclarations, nous autres immigrés nous avons souvent le sentiment de ne plus être chez nous, j'en suis fort mal à l'aise.

                                                                                   

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans POLITIQUE
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 09:58
De Wikipédia, l’encyclopédie libre

Du contrat social ou Principes du droit politique est un ouvrage de philosophie politique de Jean-Jacques Rousseau publié en 1762. Il est renommé pour avoir exposé avec clarté et force que la seule forme de pouvoir politique légitime serait le pouvoir qui trouverait son fondement dans la volonté du peuple. Il est considéré comme un des inspirateurs des idées de la Révolution française.

Contexte du ''Contrat social''

Origine et fondements de l’inégalité

Jean-Jacques RousseauLa politique est un sujet qui intéresse Rousseau depuis longtemps, et le Contrat social n’est pas la première de ses œuvres qui y soit consacrée. Ainsi, dès il donne une idée de ce que sera sa conception et son intérêt pour le sujet politique dans l’article de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers avec cette phrase : ; phrase qu’en 1752 il formule dans la préface de Narcisse ou l'Amant de lui-même :

Le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, paru en 1755 est le travail de Rousseau pour répondre à la question posée par l’académie de Dijon en 1753. La nature de l’homme, avant que l’Histoire et les types de société ne l’altèrent, est pour Rousseau une hypothèse qui lui donne le moyen de comparer et de statuer sur les différents types d’organisation de la société. Rousseau définit donc l’état de nature, qui n’est pas un mais une fiction philosophique à comprendre comme une hypothèse heuristique,présupposant un état obtenu par abstraction en soustrayant ce que la société a apporté à l’homme. Il décrit ensuite la façon qu’a eue l’homme de s’organiser en société, à partir de la pratique de l’agriculture et du droit de propriété qui en advient inévitablement. Le Discours traite de la légitimité des sociétés et des types de pouvoirs, et il expose ce que seront les fondations politiques du Contrat social.

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans LITTERATURE
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 22:28

Brice participe à Signer la pétition contre l'élection présidentielle à un tour en RD Congo.· · · Ajouter des invités

 

Photob 001L'élection présidentielle est un acte d'une grande importance dans une démocratie. C'est le rendez-vous entre le peuple et ses dirigeants. Il s'agit pour le peuple souverain de confier librement le pouvoir à celui qui présente plus d'aptitude pour gérer les affaires publiques dans une durée définie. Dans ce cas, l'élection présidentielle n'est pas un acte banal. 

 

Il se trouve qu'en Afrique, certainement pour des raisons financières, organiser les élections n'est pas un exercice aisé surtout dans un pays tel que la R,D. Congo; car une élection fiable exige la révision de la liste électorale qui elle même nécessite le recensement général de la population. Bien sûr cela coûte énormément cher dans des pays où l'économie est sous perfusion. Dans beaucoup de cas, ces pays font appel à l'aide internationale qui implique incontestablement l'intervention politique des puissances occidentales. Or, toute intervention peut impliquer la main mise susceptible de modifier les résultats initiaux sortis des urnes. Dans ce cas précis, l'élection à un tour peut  être comprise comme une forme d'économie, donc, moins de dépendance.

 

Mais, nous savons que réaliser des économies n'a jamais été le premier souci de certains dirigeants africains. Il faut donc chercher les mobiles ailleurs. 

 

En R.D. Congo, l'opposition est divisée et le sera au moment des élections. Dans ce cas, la présence de plusieurs candidats donne toutes les chances au prince Kabila de remporter les élections avec une majorité relative. C'est le stratagème retenu par l'homme de Kinshasa. Ce qu'il redoute avant tout, c'est d'aller au deuxième tour avec un seul candidat de l'opposition. Dans cette perspective, il le sait, il n'aura pas beaucoup de chances de réussite.

 

Bien entendu, ce n'est pas contre ces petits calculs des petits politiciens africains que je m'insurge.  Je dénonce la forme la plus élémentaire de la banalisation des élections et de la démocratie.

 

En effet, dans une démocratie, on accède à la magistrature en ayant une majorité absolue, soit cinquante pour cent plus un. Cette majorité témoigne de la confiance de la population qui contraint ainsi la minorité de s'incliner. joseph_kabila.jpg

 

Cependant, dans la forme actuelle, celle décidée par Kabila, il sera fréquent que le président de la République ne jouisse  pas d'une majorité absolue.

 

Quelle légitimité peut avoir un président élu à 20 % ou 30 % du suffrage électoral ? Peut -il prétendre détenir son pouvoir du peuple souverain ?  

 

Dans tous les cas, c'est ce qui va se passer à Kinshasa si jamais les choses ne changent pas. Je ne peux donc pas considérer cette forme d'élection présidentielle comme la garantie d'une démocratie. L'élection à un tour est la forme achevée de la banalité de la démocratie. 

 

Comment peut on gouverner quand on a pas reçu son pouvoir de la majorité absolue sortie des urnes  ?  Monsieur le Président, soyez sérieux. Ne faites pas du mal à la démocratie. Vous serez plus élégant si votre pouvoir jouit de la légitimité et de la protection de la majorité absolue; et Péricles, le père de la démocratie ne sera pas contre vous. 

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans AFRIQUE
commenter cet article

Articles Récents