Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • : Ce blog traite des causes endogènes et exogènes liées à la pauvreté de l'Afrique. Il fait par ailleurs un pont entre l'Afrique et la France: la françafrique.
  • Contact

Recherche

Archives

23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 05:28

 

elections

 

L'analyse des résultats de l'élection présidentielle témoigne d'une abstention relativement faible, soit 20%.  Ce qui est un élément positif pour la démocratie, car la démocratie n'est forte que si le peuple y adhère. A vrai dire, le peuple est l'unique acteur dans un régime démocratique, il détient la souveraineté qu'il délègue le temps d'un mandat  à  l'élu.

Mais, ce pouvoir peut être renouvelé ou retiré par le peuple grâce aux élections. Dans le cas de Sarkozy, il espère effectivement que le peuple français lui renouvele sa confiance. Ce  qui n'est pas encore gagné au regard des résultats du premier tour de cette élection.

75% des Français ont voté contre le président sortant. Il espère  tout de même être élu au  deuxième tour avec le soutient  des électeurs du Front  national. Il faut quand même souligner que si Marine Le Pen, la grande surprise de cette élection, a fait le meilleur score de son parti lors d'une élection présidentielle, c'est en partie grâce à Sarkozy qui avait tout promis aux électeurs du M. Le Pen  et qui sont tout simplement déçus. La déception explique en partie le repli vers les extrêmes.  On reste à se poser la question si le vote des partis extrêmes est un vote contestataire ou un vote d'adhésion ?

Car, malgré tout, Melenchon qui réalise 11% fait un bon score même s'il reste loin des sondages qui lui prédisaient 15%.  Plus de 90% de ses électeurs voteraient  F. Hollande.  Il récupère par ailleurs les électeurs de tous les partis de gauche, les verts y compris qui réalisent 2%.

Pour l'heure, les reports  sont favorables  au candidat du P.S. qui du coup devient le candidat de la Gauche  grâce à ses 28%, meilleur score de la Gauche lors d'une élection présidentielle au premier tours. Les sondages lui accréditent plus de 56% contre 44% pour Sarkozy.  

Notons que F. Hollande bénéficierait de plus de 25% des électeurs du Front national. Cette position serait catastrophique pour Sarkozy  qui n'a que les électeurs de M. Le Pen pour renverser  la tendance.  Pour y arriver, finalement il espère avoir trois débats contre F. Hollande. Cette proposition devient une question de vie ou de mort pour Sarkozy et ses partisans. Mais Hollande n'en veut pas car traditionnellement  il n' y a qu'un seul débat entre les -deux -tours.

Il reste tout de même 75% des électeurs de M. Le Pen  que Sarkozy va tenter de séduire pour une deuxième fois après 2007.  Mais, l'U.M.P. n'y croit pas trop car  le Front national compte sur la défaite et l'affaiblissement de la droite traditionnelle pour devenir la nouvelle droite. En effet, M. Le Pen s'est déjà auto proclamé en  leaders de l'opposition face à un éventuel gouvernement de Gauche. Pour parvenir à ses fins, est-elle capable de donner un coup de pouce à Hollande ? Pour l'heure, elle attend dimanche pour prendre ses responsabilités. Mais nul doute qu'il  n'y aura pas de consignes de vote.

Pour Bayrou, le cas peut être différent. Après avoir été le précurseur du Centre neutre, l'homme peut vendre ses électeurs pour un poste à la primature. Le président sortant a d'ailleurs déjà fait la proposition en ce sens. Mais, il est clair que ses électeurs sont à 50% pour Hollande et la moitié pour Sarkozy.  Mais cette équation devient encore plus difficile pour Sarkozy car, il faut trouver un discours qui réconcilie le Centre et l'extrême droite. La magie avait fonctionné en 2007,  mais en face, il y avait Ségolène. On comprend que l'équation n'est plus la même avec Hollande qui ne se dévoile pas malgré des critiques. Ce qui le rend invulnérable et même séduisant  au près de certains électeurs du Front national qui veulent avant tout se débarrasser de Sarkozy et du Sarkozysme, un système qui se définit par sa violence et l'amalgame selon les partisans de la Gauche. C'est aussi l'argument fort de F. Hollande qui présente cette élection comme un référendum pour ou contre le candidat sortant. On imagine aussi que nombreux parmi les électeurs de M. Le Pen choisiront de ne pas choisir, soit 35%. 

 

Pour réussir son pari, Hollande a intérêt  a donner des garanties qu'il ne va pas démanteler les reformes mis en place par le président sortant primo. Secondo, il doit parler aux Français et non plus au peuple de Gauche. Tertio, pousser Sarkozy vers son bilan. On sait que l'homme n'aime pas parler de son bilan car son bilan est son boulet, disait un responsable socialisme.

 

Le pari de Sarkozy est de séduire encore les déçus comme les électeurs de M. Marine à plus de 75% et ceux de Bayrou à plus de 50%. Pour avoir connu l'homme, il en est capable à coup de promesses renouvelées.

 

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans ACTUALITE
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 22:42

croixOn dit souvent que Jésus est la lumière des nations. Ce qui se passe c'est que l'Afrique a accepté Jésus cependant, elle
a refusé sa lumière; et sans sa lumière Jésus est sans puissance. C'est pour cela qu'il dit, ce peuple m'honore de ses levres mais son coeur est éloigné de moi. Ainsi compris, de sa venue, l'Afrique sera plus en deuil qu'en fête.

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans RELIGION ET SPIRITUALITE
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:41

Photob 001L'empire fut dirigé par mwene « le seigneur ». Cette étymologie vient conforter la légende de la fondation de l’empire : dans la première
moitié du XVe siècle, un prince du Zimbabwe nommé Nyatsimba Mutota aurait été envové au nord du royaume pour y
chercher de nouvelles mines de sel. Il aurait fait la conquête de ces terres qui appartenaient aux Shonas et aurait créé
sa capitale, Zvongambe, sur les rives du Zambèze. Il devient donc le « Mwene Mutapa ».
Le successeur de Mutota, Matope, aurait fait la conquête des terres jusqu’à l’océan indien, soumettant les autres
royaumes Shona : le Maniyka, le Kiteve et le Madanda. Le Monomotapa est donc un empire composé d’une métropole
directement dirigée par l’empereur et de royaumes tributaires, qui conservent chacun leur roi et leurs traditions. Par
contre, le commerce extérieur est entièrement contrôlé par le Mwenemutapa, sous peine de mort. A noter que le
Zimbabwe fait aussi partie de l’empire, mais n’est pas construit par le Monomotapa, qui ne fait que récupérer ces
constructions.


2) Un empire prospère
Le commerce de l’Ivoire, du cuivre et le l’or avec les arabes venus du Yémen, les Hindous et même les indonésiens
permet l’enrichissement de l’empire. Et cette richesse est même antérieure : Ibn Battuta relève en 1331, lors de sa
visite à Kilwa, l’importance du port de Sofala. Les découvertes archéologiques confirment l’existence d’un grand
commerce (verre syrien, faïence persane, céladon chinois). Le Monomotapa, protégé des convoitises par les basses
terres insalubres, les difficultés de navigation sur le Zambèze et le Limpopo et le secret bien gardé de l’emplacement
des mines, traite sur un pied d’égalité avec ces marchands. En témoigne la pénétration très lente de l’Islam dans
l’empire, qui conserve sa religion traditionnelle : animisme, culte des ancêtres et rôle primordial des Mkondoros,
médiums responsables du maintient de la prospérité et des traditions.


3) Les Portugais changent la donne
a) des débuts timides
Les côtes du Mozambique présentent plusieurs sites intéressants pour installer les relais nécessaires à la navigationimages.jpg
vers l’Inde. En 1516, des Portugais créent donc des comptoirs à Sofala et Kilwa, alors villes commerciales arabes
importantes. Loin de rester de simples bases de ravitaillement, ces villes attirent des colons avides de partir à la
découverte des mines du roi Salomon et de « cités d’or » que la Bible situe dans ces régions. Des aventuriers, les
« sertanejos », ne tardent pas à s’enfoncer à l’intérieur des terres. Marchands, ils deviennent aussi des conseillers et
des interprètes des rois Shonas. Les Portugais restent cependant dans une position d’infériorité par rapport au
Monomotapa. Les capitaines ou gouverneurs qui s’installent dans les comptoirs doivent payer à l’empereur une très
grosse somme d’argent, comme s’ils lui achetaient leur charge ou le droit de résider. Ils doivent également accepter
une taxe de 50% sur toute marchandise qui est importée dans l’empire. Pour finir, à intervalles réguliers, des Portugais
sont massacrés, de façon à leur rappeler la précarité de leur situation.


b) Une pression de plus en plus forte
Au XVI siècle, le Monomotapa devient une sorte de fantasme, visible sur les cartes éditées en Europe, qui exagèrent
grossièrement son importance en l’étendant de l’Angola au Mozambique. La pression portugaise s’accentue donc
fortement.
En 1561, Un missionnaire jésuite réussit à convertir le Mwenemtutapa. Face à la colère de marchands musulmans, le roi se ravise et fait exécuter le missionnaire. C’est là le prétexte rêvé d’une intervention portugaise. En 1568, plus de 1000 hommes, dirigés par Francesco Barreto, tentent de prendre le contrôle des mines d’or et des zones de chasse aux éléphants. Ils avancent jusqu’au haut Zambèze mais doivent se replier, suite aux maladies qui les déciment. En 1572, cependant, les Portugais contrôlent les plaines côtières. Ils sont désormais des intermédiaires obligés pour le commerce dont dépend la prospérité de l’empire. Ce dernier reste cependant puissant : le contrôle très rigoureux de la production aurifère par le Mwenemutapa ne permet pas non plus aux Portugais de se passer de lui.
En 1629, le Mwenemutapa se sent assez fort pour expulser les intrus. Il échoue et les Portugais le détrônent pour
installer à sa place un fantoche, Mavura Mkande Felipe. Il signe avec eux un traité qui lui permet de conserver une
indépendance de façade tout en vassalisant l’empire : les Portugais ont désormais la permission d’installer des
comptoirs fortifiés dans tout le royaume et d’accéder aux mines d’or…qu’ils s’obstinent à ne pas croire épuisées.
Le prestige du Mwenemutapa est sérieusement affecté par ce traité. Des successions difficiles permettent aux portugais de s’immiscer de plus en plus dans les affaires de l’empire en appuyant des factions rivales. Les royaumes tributaires cessent alors de payer et s’émancipent de plus en plus. La fin réelle de l’empire peut donc être placée en 1629, même s’il survit encore durant des siècles Il semble que le commerce des esclaves ait également joué un rôle dans le déclin du Monomotapa, qui se trouvait à la confluence des demandes arabes, perses, indiennes et européennes. Une fois les ressources en or épuisées, ce commerce a provoqué une nette baisse de la population dans le sud-est de l’Afrique.


c) Un déclin qui n’en finit pas
Au XVIIe siècle, l’empire s’effiloche peu à peu. Au sud du Monomotapa, la dynastie Rozwi crée le royaume Butwa. Cette
région tributaire de l’empire refuse alors de payer les taxes et commerce directement avec les Portugais. Non
seulement le Mwenemutapa se monte incapable de les châtier, mais il est en plus déposé par les Portugais en 1663.
Plus tard, en 1684, le Mwenemutapa Mukombe est battu à la bataille de Mahvugwe par le changamire (roi) Rozwi,
Dombo.
En 1692, à la mort du Mwenemutapa Mukombe, une énième guerre de succession oppose le candidat des portugais et celui des Rozwi. Après moult massacres, les Rozwi réussissent à prendre le contrôle des régions aurifères du Manyika.
Ils sont désormais plus puissants que le Mwenemutapa, au point d’imposer leur candidat au trône impérial en 1712.
L’empire recouvre un semblant d’indépendance en 1720, lorsque les préoccupations des Rozwi les portent plus au sud où l’installation des Hollandais commence à produire ses effets dévastateurs. La capitale est déplacée à Tete, dans la basse vallée du Zambèze où le Mwenemutapa se réfugie sous la protection des Portugais.
Une dernière guerre de succession en 1759 achève de ruiner l’empire. Le roi perd le titre de Mwenemutapa et se
contente de celui de Manbo (roi) du royaume de Karanga. Les portugais laissent survivre ces vestiges d’empire jusqu’en 1917. Dans une bataille, le dernier Mambo est tué et ne sera pas remplacé.

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans HISTOIRE
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:38

Photob 001Le royaume Songhaï (ou Songhay) existe depuis le VIIe siècle autour de sa capitale Koukia, sur le Niger. Il semble avoir cherché longtemps à se forger une identité. Dirigé par la dynastie des Dia, il est vassal tour à tour du Ghana et du Mali.
Vers 1010, les rois du Songhaï se convertissent à l’Islam et déplacent leur capitale à Gao, sans doute pour mieux
profiter du commerce transsaharien et le détourner au détriment du Ghana. Au XIIIe siècle, ils tombent cependant sous
la coupe du Mali.
Ce n’est qu’au milieu du XIVe siècle, qu’un roi de Gao, Ali Kolon, profite des troubles de succession au Mali pour
accéder à l’indépendance. Il est le premier à prendre le titre de « Sunni » ou « Sonni » (roi). En 1400, les Songhaïs
osent attaquer et piller Niani, la capitale du Mali, tout en restant théoriquement leur vassal.
C’est finalement Sonni Ali Ber qui donne une indépendance réelle au royaume Songhaï en 1464. Il remplace les razzias par la conquête territoriale et crée un empire structuré par le Niger, dont l’organisation reprend celle du Mali.
Musulman, il prend cependant le contre-pieds des rois du Mali en s’appuyant sur l’animisme et en mettant l’Islam au
second plan, n’hésitant pas à combattre la ville de Tombouctou et à prendre Djenné pour mieux contrôler le commerce.
C’est sous son règne qu’ont lieu les premiers contacts avec les européens sur la côte Atlantique, en 1472.


2) L’apogée de l’empire
Arrivé sur le trône grâce à un coup d’Etat en 1493, Sarakollé Mohamed Touré (ou Askia Mohamed) adopte une politique
inverse et islamise le royaume brutalement. Après son pèlerinage à la Mecque, en 1496, il obtient au Caire le titre de
Calife du Soudan, qui légitime son pouvoir et ses conquêtes. Il fait donc du Songhay un champion de l’Islam et fonde
la dynastie des Askia (1493 – 1592). C’est sous son règne que l’empire atteint son apogée.
Malgré l’affichage d’une pureté islamique, le système de gouvernement mis en place par Askia Mohamed respecte
certaines traditions païennes se combinant avantageusement avec la Charia. L’Askia lance des Djihad contre les peuples animistes, mais reste le « père du peuple » et le garant de la fécondité. Il réduit les Mosis razziés en esclavage parce qu’ils ne sont pas musulmans, mais son peuple croit encore aux Hole (doubles), à l’animisme ( dieu du fleuve Harake Dikko, dieu de la foudre Dongo) et aux magiciens (Sonanke), en lutte permanente contre les sorciers (Tierke).
Le gouvernement semble néanmoins moderne, rationnel, avec un partage des compétences bien déterminé entresonghai_askia_tombeau.jpg
conseil, chancelier et différents ministres : Hi Koy (maitre de l’eau), Monjo (agriculture) et kalisa farma (finances).
L’empire est divisé en deux provinces (est et Ouest), dirigée chacune par un gouverneur, souvent un prince du sang.
Douze provinces plus petites ou des villes sont confiées à des gouverneurs (fari ou koy), à la tête d’une administration
efficace, militarisée. Les royaumes vassaux ou tributaires conservent une indépendance théorique, mais l’Askia impose toujours son candidat lors des successions. Askia Mohamed crée également une armée et une flotte permanente encadrée par des officiers professionnels. A l’inverse des rois du Ghana et du Mali, Askia Mohamed tente de dépasser la structure clanique traditionnelle en s’appuyant sur l’islam comme moteur d’unification, même avec les royaumes vassaux.
En ce début du Début du XVIe siècle, le commerce demeure l’activité la plus lucrative, Or et sel avant tout, même si la
traite des esclaves prend une place de plus en plus grande. Malgré des permanences, on constate deux grands
changements socio-économiques : La première différence par rapport aux deux empires antérieurs est le
développement d’une société urbaine stable, fondée sur le commerce et la religion musulmane. Les trois principales
villes de l’empire ont un rayonnement international : Tombouctou rassemble 80 000 habitants. C’est à la fois une ville
sainte (université Sankoré, 180 écoles coraniques spécialisées dans le droit malékite) et la capitale économique de
l’empire. Djenné (40 000 habitants) domine le commerce avec l’Afrique équatoriale alors que Gao (100 000 habitants),
la capitale politique, est plus orientée vers l’Egypte et l’Arabie. Ces villes cosmopolites où les Songhay sont très
minoritaires n’influencent néanmoins que très peu le monde rural qui s’islamise beaucoup plus lentement.
La seconde différence est l’importance croissante des européens, et notamment des Portugais, dans les échanges
commerciaux. Le fleuve Gambie devient donc une voie commerciale importante qui commence lentement à détourner
le trafic transsaharien.
Cette prospérité est menacée à partir de 1510 par les royaumes maghrébins qui craignent que la puissance du Songhaï ne débouche sur une mainmise de sa part sur les mines de sel du Sahara. Le commerce transsaharien est gêné par ces tensions, interrompues par la mort d’Askia Mohamed en 1528.


3) Le déclin et la disparition de l’empire
Après la mort d’Askia Mohamed, une guerre de succession affaiblit l’empire : A plusieurs reprises deux Askias
s’opposent. En outre, les chefs de l’armée rentrent en conflit avec la famille des Askias. Comme pour son lointain
prédécesseur le Ghana, c’est le contrôle des routes commerciales et des ressources du désert qui va provoquer la chute du Songhaï. L’empire entre en conflit ouvert avec les Saadiens (Souverains du Maroc) pour le contrôle des mines de sel du Sahara occidental. En 1591, suite à la défaite de ses armées face au sultan marocain Ahmed Al Mansur Saadi lors de la bataille de Tondibi (première utilisation massive d’armes à feu en Afrique Subsaharienne), l’empire Songhaï éclate en douze principautés. Dès lors, l’absence d’une autorité forte garante de la sécurité accélère le déclin du commerce transsaharien déjà concurrencé par les routes maritimes ouvertes par les européens.

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans HISTOIRE
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:33

Photob 001Il existe peu de sources pour comprendre ce qui s’est passé entre la destruction du Ghana (1076, Al Bakri) et
l’avènement du Mali en 1235. Seul Al Idrisi évoque la région en 1154. Plusieurs royaumes semblent prendre le relai,
dont notamment le Tekrur, le Sosso et surtout les Songhay qui fondent Gao à cette époque.
Le Mali émerge donc d’une période de désordre. Il est fondé par les Malinkés, un peuple de pasteurs et de
commerçants dont le territoire est idéalement placé, entre les régions productrices d’or et le Ghana. Le mot Mali aurait
plusieurs significations en Mandingue : « là où habite le roi » ou « hippopotame » référence à la noyade du fondateur
Sundiata Keita dans un fleuve, ou encore « ceux qui portent chance ». Les malinkés, eux, appelaient leur pays
« Manden ». Comme pour le Ghana, l’immense majorité des sources provient des voyageurs et géographes arabes.


2) Le rôle de Sundiata Keïta
La création du Mali est l’oeuvre de Sundiata Keita, un personnage à la fois historique et légendaire dont l’épopée reste
un grand classique des griots (lutte du roi lion contre l’usurpateur Sumanguru) De façon très classique, il fonde son
royaume en unissant les Malinkés contre un ennemi commun, le roi du Sosso, Soumaoro Kante, qu’il bat en 1235 lors
de la bataille de Kirina. Il se fait alors appeler « Mansa », ce qui signifie « roi des rois » et reprend globalement les
recettes qui ont réussi au Ghana : profiter d’un rôle de carrefour et contrôler des routes commerciales vers le Sahara et
vers les régions aurifères.
Son organisation du Mali autour de sa capitale, Niani, reprend elle aussi les grandes lignes de celle du Ghana : structure à la fois fédérale et féodale du royaume (provinces dirigées par des gouverneurs, appelés « farin » ou royaumes vassalisés, gardés par des garnisons mandingues) et administration efficace (ministres spécialisés aux compétences bien délimitées, secrétaires pour les relations écrites avec le monde musulman). Son armée aurait regroupé 100 000 hommes : aristocratie à cheval accompagnés d’archers ou de lanciers, chaque province devant fournir un contingent.
Il innove cependant sur certains points comme le contrôle de la population. Elle est divisée en 30 clans spécialisés qui
rappellent les castes: 16 clans d’hommes libres, 4 clans de griots, 5 clans de marabouts et 5 clans d’artisans. Il fige
donc la société en rendant les métiers héréditaires. Pour décrisper les relations sociales, il officialise le système de la
parenté à plaisanterie (impolitesse rituelle entre clans ou familles). C’est cependant surtout par la Charte du Manden
que le règne de sundiata Keïta est devenu légendaire. Ce texte poétique quelque peu anachronique place la vie et la
liberté au dessus de tout.


4) L’apogée du Mali
La dynastie des Keïta règne avec une seule interruption jusqu’en 1389. Elle choisit de conserver une mixité religieuse :
Les couches dirigeantes sont islamisées, ce qui facilite le commerce vers le Maghreb et le Moyen-Orient, mais le peuple reste fidèle aux croyances animistes. L’Islam est aussi utilisé comme un moyen de contrôle social, grâce à l’introduction de la Charia et des tribunaux islamiques au début du XIVe siècle. Cette religion permet également d’unifier les différentes ethnies qui composent l’empire : nomades sahariens (Mesufa, Berbères, Touaregs), nomades
sahéliens (Fulbe, Peuls) et agriculteurs (Tukuloor, Soninke, Songhay, Wolof et Mandingues).
Parmi les rois de la dynastie Keïta, on peut retenir Aboubakri II, qui lança deux expéditions pour explorer l’océan
Atlantique et ne revint pas de la seconde, et surtout Mansa Mussa (ou Kankan Mussa). Le Mali atteint son apogée sous
le règne de ce roi qui a marqué les chroniqueurs arabes lors de son pèlerinage à la Mecque en 1324- 1325. Sa suite de 8000 serviteurs a impressionné et sa prodigalité légendaire en or aurait provoqué une dévaluation durable du dinar en Egypte et en Arabie. Sous son règne, les villes de Gao et Tombouctou sont construites en s’inspirant de l’architecture arabe (brique et toits plats). Cette prospérité se poursuit sous le règne de Mansa Suleyman, bien connu grâce à la visite d’Ibn Battuta. Tombouctou atteint alors 170 000 habitants et compte plus de 150 écoles. Selon la tradition, 7077 villages auraient entouré la capitale, Niani. On estime alors la population de l’empire à 40 millions d’habitants.
Tout comme le Ghana, le Mali a fondé sa puissance sur le contrôle du commerce entre la zone équatoriale et le Nord de l’Afrique : on retrouve les mêmes règles (taxes, droit exclusif du roi sur les pépites) et les mêmes marchandises (cola, or, sel). Seule nouveauté, l’importance du cuivre, exporté des mines royales de Takkeda vers le sud.


5) le déclin du Mali
Après la mort de Mansa Suleyman en 1360, des querelles de succession qui dégénèrent en guerre civiles affaiblissent le Mali. Les peuples voisins, Mossis, Touaregs, Peuls et Songhays en profitent pour l’attaquer, ce qui a pour effet
d’étouffer peu à peu le commerce : perte de Tombouctou, Walata, Gao, puis de la Gambie qui permettait de commercer
avec les nouveaux arrivant portugais. Le Mali survit : le Mansa reste le souverain officiel de nombreuses chefferies et
reçoit des ambassades portugaises en 1495, mais il devient une puissance secondaire, contrôlant de moins en moinsde provinces, déclinant lentement jusqu’en 1546.

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans HISTOIRE-GEOGRAPHIE 5ème
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:28

Photob 0011) l’origine du Ghana
Ce royaume aurait été fondé vers 770 par les Soninkés, un peuple animiste vivant à la lisière sud du Sahara depuis le
IVe siècle et maîtrisant la métallurgie. Il est mieux connu à partir de 734 quand les arabes entrent en contact avec ce
qu’ils nomment le « pays de l’or », unifié par la dynastie des Cissé Tounkara dont les rois se faisaient appeler « kaya
maghan » (roi de l’or). Le Ghana est aussi appelé empire Wagadu («ville des troupeaux » en Soninké). « Ghana » ou
« Gana » est donc à l’origine le nom que porte le souverain, qu’on peut traduire par « roi de l’or » « maître de l’or »,
ou encore « chef de guerre » selon les auteurs. L’apogée du royaume se place entre la fin du Xe et le début du XIe
siècle.
2) L’organisation du royaume
Ce royaume était organisé sous la forme d’une fédération dont la personne du roi assurait l’unité. Dans les provinces,
soit des gouverneurs représentaient le roi, soit les monarchies locales étaient laissées en place en échange d’otages et d’un tribut. Le « Ghana » était un roi presque absolu, mais les chroniqueurs arabes aiment à détailler des scènes « à la Saint Louis sous son chêne » qui montrent à la fois qu’il était proche de son peuple et juste : audiences quotidiennes, procès sous la forme d’ordalies…
Un système de taxes commerciales perfectionné était en place, ce qui permettait et justifiait à la fois l’existence d’une
administration nombreuse, appuyée par une armée efficace. Selon les sources, le Ghana pouvait mobiliser 200 000
fantassins, dont 40 000 archers. La maîtrise du fer et de la cavalerie est aussi soulignée. L’organisation de cette armée fait un peu penser au système féodal : pas ou peu d’armée permanente, mais des troupes levées dans les provinces en cas de besoin.
En matière de religion et de culture, il semble que les rois du Ghana appréciaient de jouer sur les deux tableaux de
l’animisme (récit de Ouagadou-Bida, le serpent sacré qui apporte la prospérité) et de l’Islam. Leur royaume était donc
mixte à partir du VIIIe siècle comme le montre l’organisation de la capitale, Kumbi Saleh (au sud de l’actuelle
Mauritanie). Cette agglomération de 20 000 habitants était formée de deux villes séparées de quelques kilomètres :
l’une pour les musulmans, l’autre pour les animistes, où résidait le roi…musulman. Cette coexistence semble avoir été pacifique. Pas de trace de dhimma ou de conflits interreligieux.
Autre caractéristique originale pour un royaume en théorie musulman : les coutumes funéraires et successorales : Le
roi défunt aurait été enterré dans une case remplie d’objets usuels et de quelques serviteurs vivants ( ?) recouverte de
terre jusqu’à former un tertre. En outre, les dynasties étaient matrilinéaires : la coutume voulait que ce soit le fils de la
soeur du roi qui hérite du trône.


3) une richesse légendaire
La prospérité du Ghana était fondée sur deux ressources :
- le royaume contrôlait la route vers les régions aurifères du Bambouk et du Tekrour et faisait figure d’eldorado pour
les arabes et berbères. Tous les voyageurs et les géographes arabes insistent lourdement sur l’or : « Une terre où l’or
brillait comme des plantes dans le sable, ou comme des carottes cueillies au soleil », « …le roi du Ghana, qui est
l’homme le plus riche du monde par son or. », « …Quand il siégeait devant les gens, [le roi] posait devant lui une cape
décorée d’or. […] la cour se tenait dans un pavillon en forme de dôme, autour duquel se trouvaient dix chevaux
recouverts d’or. […] Des chiens, d’un fin pedigree, gardaient les portes de la cour, portant des colliers d’or et d’argent.
[…] dans la cour, il y avait un pilier en or, auquel il attachait son cheval. » D’autres encore insistent sur les cordes en
soie qui entravaient ses milliers de chevaux, ou sur leur harnachement en or. Il semble même que les rois du Ghana
aient établi des lois pour éviter toute surproduction/dévaluation de l’or, mais sur ce sujet les sources sont vagues :
certains parlent d’une répartition des trouvailles : pépites pour le roi, poussières pour ses sujets.
Apparemment, le royaume n’avait pas le contrôle direct des mines d’or qui appartenaient à un autre peuple, les
Wangara. Cependant il dominait le commerce en contrôlant les débouchés. C’est par exemple le Ghana qui avait le
pouvoir déterminant de définir le poids du lingot d’or.
- Deuxième source de richesse, le commerce transsaharien. Il permettait l’échange d’or, d’esclaves, d’ivoire, de plûmes d’autruche venues d’Afrique subsaharienne contre du cuivre, du sel, des chevaux, des livres, du tissu et des dattes venues du Maghreb. Il semble qu’au moins aux débuts, ce commerce ait été pratiqué sous la forme du commerce silencieux, sans contact direct entre les populations.

 

4) le déclin du Ghana
Les sources insistent sur les relations « compliquées » que le Ghana entretenait avec les Berbères sahariens. La plupart du temps ces relations étaient pacifiques, avant tout commerciales : des Berbères étaient même sujets du Ghana. Le point de friction récurrent entre les deux partenaires semble avoir été la ville commerciale d’Aoudaghost. Cette ville symbolise la tentation des deux parties de contrôler les ressources de l’autre à leur source pour se passer de son intermédiaire.
En 990, Adouaghost passe brièvement sous le contrôle des berbères unifiés par un dénommé Tilutane. Il semble
même qu’un roi du Ghana ait été assassiné à cette occasion. La ville est vite reprise, mais en 1054, les berbères unifiés par le mouvement almoravide d’Ibn Yasin la reprennent, avant de pousser en 1076 jusqu’à Kumbi Saleh, qu’ils
détruisent ( le massacre de ses habitants reste semble-t-il un enjeu mémoriel important encore de nos jours). A cette
date, les Almoravides contrôlent donc seul le commerce transsaharien. Le Ghana s’est replié vers le sud sans disparaître tout à fait : il retrouve son indépendance en 1087, quand le dernier chef Almoravide meurt.
La structure fédérale du Ghana ne résista cependant pas à ces revers de fortune : les provinces qui avaient profité des
guerres avec les berbères pour prendre leur indépendance (dont le Tekrour ou le Bambouk) refusèrent de retourner
dans le giron du Ghana. Des troubles durables génèrent le commerce. Une nouvelle route commerciale évitant le Ghana et aboutissant à Walata fut ouverte en 1224. Privé de ses ressources, le Ghana fut remplacé par le Sosso, puis annexéen 1241 par l’empire du Mali.
Il semble en outre que la surexploitation des forêts ait suscité une sécheresse durable, poussant les Soninkés à l’exil.
Cette sécheresse pourrait aussi correspondre à l’optimum climatique médiéval observé en Europe à cette période

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans HISTOIRE
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:15

Photob 001 les conditions de vie
Le paludisme et la tripanosomiase, véhiculée par la mouche tsétsé, font des ravages. Malgré quelques avancées
médicales, notamment à Jenné, sur le Niger (opération de la cataracte, découverte du moustique vecteur du
paludisme…), l’espérance de vie est faible.
La maison traditionnelle est circulaire, construite en banco (boue séchée), le toit pointu recouvert de chaume. Dans
les villes, à partir du XIIIe siècle, en parallèle à l’islamisation et aux pèlerinages à la Mecque, on imite de plus en plus
l’architecture arabe en brique et à toit plat. Il est difficile de se faire une idée précise de la taille réelles des villes: on
cite par exemple le chiffre de 10 000 habitants en l’an 1000 à Jenné- Jeno, 20 000 habitants à Kumbi Saleh au XIe
siècle et 170 000 à Tombouctou au XIVe siècle.


 religions et croyances
La croyance dominante reste l’animisme, malgré l’Islamisation progressive à partir du IXe siècle. On croit en un créateur unique, qui a insufflé un esprit en toute chose, animée ou non. Le culte des ancêtres est très important également. Les croyances magiques sont généralisées, notamment celles qui entourent les forgerons, respectés mais ostracisés. L’islam, au début religion non exclusive des élites, se répand peu à peu sans jamais éradiquer tout à fait les croyances animistes. Des royaumes qui pratiquent un Islam très rigoureux (Songhay) cohabitent donc avec des royaumes animistes ou mixtes. Dans la plupart des cas, il semblerait que les choix religieux soient avant tout une affaire d’intérêt bien compris par les rois: rester animiste permet d’être divinisé, mais devenir musulman permet de développer le commerce.
Ces croyances ont une influence profonde sur l’organisation sociale, centrée sur le clan dirigé par les anciens. Là
encore, l’islam et la Charia ne font que se superposer aux anciennes coutumes : la responsabilité familiale ou clanique d’un crime, le règlement d’un conflit par compensation financière restent la règle. L’obsession de la descendance et de la fécondité féminine conduisent à une polygamie fréquente qui retarde l’âge au mariage des garçons et crée des frustrations que de nombreuses coutumes s’emploient à atténuer. Malgré l’islamisation, les lignées restent matrilinéaires et la succession souvent collatérale.


 art et architecture
Première difficulté, il n’y a pas d’art du Ghana, et pas plus un art du Mali, du Songhay ou du Monomotapa. Il y a des
arts, qui correspondent aux traditions très variées des ethnies qui composaient ces empires. Seconde difficulté,
contrairement à d’autres civilisations africaines, il ne semble pas que des empires aient suscité des formes d’art en
matériaux durables. Troisième et dernière difficulté, les sources arabo – musulmanes n’évoquent que très rarement l’art de ces peuples considérées comme inférieurs. Leurs traditions, leur culture ne sont également évoquées que pour s’étonner ou s’horrifier, par exemple du statut des femmes ou de leurs habits.
L’art et l’architecture des royaumes subsahariens peuvent cependant être abordés par l’étude des quelques traces
laissées dans les sources, complétées par les fouilles archéologiques. Dans les deux cas, sans aller jusqu’à un
syncrétisme, il apparaît que l’expansion de l’Islam n’a jamais empêché la survivance dynamique des croyances
préexistantes, et ce d’autant plus que les royaumes étaient tous pluriethniques. Au Mali, par exemple, des Griots
masqués intervenaient à la cour du Mansa lors de l’Aïd el Fitr ! Les cérémonies d’initiation et les sociétés secrètes ne
disparaissent pas lorsque l’Islam devient dominant, chez les Songhay par exemple. Les rites funéraires témoignent
également de cette coexistence : des jarres funéraires accompagnées d’offrandes, datant du XVe siècle on ainsi été
retrouvées près de Djenné, au coeur des empire Du mali et Songhay.

 

Des figurines en terre cuite ont également été retrouvées, surtout dans le delta intérieur du Niger, dans un contexte
islamique. Elles semblent avoir été enterrées pour s’assurer la solidité des murs ou l’appui des ancêtres, et non
détruites pour les remplacer par une autre religion. Souvent retrouvées dans un contexte domestique, on peut leur
attribuer une fonction de protection et penser qu’elles sont l’indice de la survie d’un culte domestique animiste
concomitant d’un culte public musulman. Certaines d’entre elles, couvertes de pustules ou visiblement en extase,
témoignent de pratiques de guérisons fort peu orthodoxes. Le motif du serpent apparaît très souvent, lié à des
pratiques magiques.

 

En matière d’architecture, le mélange des civilisations arabes et subsahariennes est aussi perceptible. Des mosquées rondes, construites sur le plan traditionnel d’une case, on été retrouvées. Les mosquées encore existantes à Tombouctou ou Djenné ont un plan plus classique, mais des méthodes de construction typiques du delta du Niger, à
savoir des murs en banco renforcé par du bois, condamnés à une disparition rapide faute d’un entretien permanent.

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans HISTOIRE-GEOGRAPHIE 5ème
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:01

Photob 001Les royaumes sahéliens sont mythiques pour les européens : ils sont inaccessibles jusqu’au XVe siècle du fait d’une
triple barrière : le Sahara, les royaumes musulmans et les courants contraires de l’Atlantique. Les cartes européennes
du début XVIe siècle sont donc totalement fantaisistes : mélange entre les renseignements d’Hérodote, de Ptolémée et
les mythes parabibliques des mines de Salomon ou du royaume du prêtre Jean.
Hormis les fouilles archéologiques qui se multiplient ces dernières années, nous connaissons l’histoire de ces royaumes avant tout par l’entremise des Arabes. Des sources à considérer avec prudence : tout comme pour les européens de l’époque, tout le sud du Sahara porte pour eux un fort parfum de mythe. Ce sont néanmoins les Arabes qui ont donné son nom à cette partie de l’Afrique. Pour eux, elle porte deux noms : « Sahel », qui signifie « rivage » et « Bilal el
Sudan » qui signifie « pays des noirs ». Nous disposons grâce à eux de descriptions précises sur certains points, à
certaines dates : difficile, donc, de faire une histoire complète des royaumes. Le point de vue islamocentriste adopté
par ces géographes introduit également un biais fort gênant. Ils nous ont néanmoins laissé quelques fort belles cartes…

Dernière source, locale et vivante, l’histoire orale véhiculée depuis des siècles par les griots. Là aussi, la prudence
s’impose.
 Un vocabulaire européen qui ne correspond pas à la réalité africaine
Des mots aussi simples que roi, empire et capitale prennent ici un autre sens:
- Un roi ressemble à un chef de famille, de clan, de village : il gère les biens, prend les décisions après avis des
anciens et communique avec les esprits des aïeux. (Il a donc un rôle religieux sans tenir forcément son pouvoir
des dieux). Même s’il utilise sans vergogne la violence pour imposer son autorité, son pouvoir n’est pas absolu
car il doit composer avec la tradition et tenir compte de lois orales.
- Une capitale reprend l’organisation d’un village à une échelle plus grande. Un palais royal n’est rien de plus que
la maison d’une famille, en plus monumental. Sauf exception, même pour les monuments les plus importants,
les techniques de construction sont les mêmes que celles d’une maison, à base de terre et de bois (le banco).
De quoi compliquer sérieusement la tâche des archéologues.
- Un empire n’est pas à proprement parler un territoire: En effet le roi africain ne dirige pas tant une terre que
des hommes. A la différence de l’occident médiéval, la terre n’est donc pas l’élément déterminant du pouvoir.

Cela se comprend dans la mesure où la pauvreté des sols oblige à déménager fréquemment les villages
(« shifting cultivation »). Un empire peut donc s’agrandir ou rétrécir très vite, selon la personnalité, l’aura du
roi. La terre n’est donc pas le moteur de l’évolution économique. Il n’existe pas plus d‘unité ethnique et l’unité
culturelle n’est pas recherchée (coexistence systématique de l’Islam et de l’animisme). Un empire africain
médiéval ne possède donc pas de frontières et n’a pas de nom. Les noms que nous utilisons aujourd’hui sont
ceux donnés par les Arabes et ont été forgés à partir du titre que portait le roi.


 une mémoire très vive en contrepoint d’un déni
Les histoires de ces royaumes sont aujourd’hui un enjeu mémoriel de premier ordre en Afrique. Ils sont souvent utilisés
pour justifier des nationalismes parfois racistes et violents. Le Ghana a récupéré le nom de l’empire sans en avoir les
frontières. Certains maliens rêvent d’en « grand Mali » purifié de « races » étrangères. Des Soninkés ou des Malinkés
pensent à une revanche contre les berbères ou les marocains. Le Monomotapa est un club de football aux supporters
assez excités pour croire en une reconstitution de l’empire. On va jusqu’à prétendre que ce sont les expéditions
maliennes qui ont découvert l’Amérique, comme en témoigneraient certains traits des civilisations amérindiennes.
Certaines de ces exagérations s’expliquent sans doute par la volonté de contrebalancer les effets de la colonisation
européenne : malgré les recherches précoces et les conclusions souvent visionnaires de quelques chercheurs, la
majorité des européens était et reste persuadé que l’Afrique n’a pas d’Histoire précoloniale. En témoigne par exemple
le refus d’accepter que le Zimbabwe puisse avoir été construit par des noirs. Certains auteurs préfèrent faire appel au
roi Salomon ou aux Phéniciens plutôt que de l’accepter. Autre exemple très parlant, la première histoire du
Monomotapa, écrite par A. Wilmot en 1896 comporte trois chapitres intitulés « les Phéniciens », « les Arabes », « les
Portugais »…Toute civilisation africaine serait donc nécessairement exogène ! Sans doute préfère-t-on oublier que
l’empire du Ghana, contemporain de celui de Charlemagne, était le plus vaste des deux.

 

 des traits communs entre les quatre royaumes

 

1) le commerce
a) le commerce intra africain
Le commerce est structuré par les fleuves Sénégal et Niger sur lesquels des pirogues assurent le trafic. Pour la
traversée du Sahara (entre 25 et 50 jours) les chameaux (de 1000 à 12000 par caravane) et les baudets prennent le
relais.

Plusieurs monnaies sont utilisées: le cauris (coquillage venant de l’océan Indien), le sel, des barres de cuivre, la poudre d’or, le dinar d’or ou le troc. Le commerce silencieux ou « à la muette » est fréquent au début du Moyen Age. Les royaumes saheliens disposent rarement de ressources sur leur sol. Ils s’enrichissent en jouant le rôle d’intermédiaires :
par exemple l’or du Bambouk et du Tekrour, dont la provenance précise est soigneusement cachées par les peuples qui exploitent les mines sont échangés contre le sel du Sahara. Or, sel, esclaves, ces trois marchandises forment la base du commerce transsaharien.


b) Les traites orientales :

 

le Moyen Age, surtout à partir de l’expansion musulmane, voit se créer un grand commerce international des esclaves
noirs, de l’Atlantique à la mer Rouge, suivant durant près de 13 siècles les mêmes routes transsahariennes et
maritimes. Un commerce d’une stabilité et d’une durabilité exceptionnelle, donc, rendu possible par l’importance du
« réservoir de main d’oeuvre » que constitue l’Afrique Subsaharienne, mais aussi par des facteurs moraux et
économiques. Facteur moral : La Charia interdit de réduire un musulman à la condition servile, a contrario tout infidèle
est un esclave potentiel. Dans le monde musulman, les captifs noirs razziés au sud du sahara étaient donc les plus
nombreux. Facteur économique : La guerre et le commerce sont les deux moyens d’enrichissement privilégiés des
souverains des royaumes subsahariens, ce qui est également valable pour leurs guerriers et leurs marchands : la traite
est donc à l’intersection de ces deux activités fondamentales, même si Pétré-Grenouillot souligne que le plus souvent,
les esclaves sont plutôt un « sous produit » qu’un but de guerre.
Outre les conflits, la traite peut être alimentée par l’esclavage tributaire, les dettes ou des condamnations, par exemple
pour sorcellerie. La « production » d’esclaves est donc intensive, soit pour le marché domestique, soit pour l’exportation
vers les pays musulmans. Dans les royaumes sahéliens, les captifs deviennent domestiques, soldats, mineurs,
cultivateurs ou fonctionnaires. Leur carrière peut parfois être brillante : pour contrebalancer l’influence de l’aristocratie
héréditaire, les rois aiment en effet s’entourer de hauts dignitaires esclaves qui leurs sont tout dévoués.
Pour l’exportation, d’après Ibn Battuta, on les convoie dans des caravanes de 600 esclaves qui traversent le Sahara en
deux mois et demi, au prix d’une forte mortalité (de 6 à 20%). Les femmes de certaines ethnies sont particulièrement
appréciées à la cour des Fatimides ainsi que les eunuques noirs, mais plus nombreux sont ceux qui travaillent dans
l’agriculture (notamment l’entretien des structures d’irrigation) ou deviennent artisans, mineurs (sel, or) ou soldats.
D’autres esclaves font le trajet inverse : des Mamluks turcs forment ainsi la garde personnelle du roi Songhay, dont le
harem est en partie composé d’esclaves venant d’Egypte.
Les estimations du nombre d’esclaves vendus en Afrique occidentale sont sujet à polémique : selon les auteurs, les
chiffres varient de 10 000 à 20 000 par an durant toute la période médiévale (20 millions entre 650 et 1920, dont 9
millions pour la traite transsaharienne et 3 millions pour l’esclavage interne.)

 

c) Et l’Europe ?
Quasi absents au XIIe siècle, des marchands européens accèdent peu à peu au commerce africain en ouvrant des
comptoirs dans les villes du Maghreb. Au XVe siècle, par exemple, on trouve à Oran des marchands catalans,
majorquins, castillans, génois, vénitiens, pisans et marseillais Si tous se pressent ainsi dans le Maghreb, c’est bien pour l’or africain, dont l’importance pour l’économie européenne doit être questionnée. On sait bien que cet or a une
importance primordiale pour les souverains maghrébins. Il leur permet de mener une politique de prestige passant par
un monnayage d’or intensif. Pour les villes marchandes européennes, quelques chiffres montrent que cet or n’est pas
moins important : En 1377, le bénéfice net du commerce génois avec l’Afrique s’élève à 68 000 livres. Durant tout le
XVe siècle, la valeur globale du commerce africano-catalan dépasse 500 000 dinars par an. Outre le commerce, l’or
africain passe dans l’économie européenne par l’entremise des tributs versés par les royaumes maghrébins aux
souverains castillans ou aragonais. La location de flotte de guerre ou de mercenaire est également très lucrative.
Le monopole des marchands arabo-berbères sur le commerce transsaharien gêne cependant autant les rois du Mali et du Songhay que les Européens : dans les deux cas, il s’agit d’un monopole mal vécu. Ambassades, envois de cadeaux et autres échanges de lettres ont cependant peu d’effets.
Il en va de même dans l’océan indien, que les souverains successifs du Caire interdisent aux marchands européens.
Dans cet océan, un grand commerce très actif est en place autour des deux plaques tournantes que sont Aden et Kilwa.
Les commerçants Arabes, Indiens, Indonésiens et Chinois (7 expéditions de Cheng Ho entre 1405 et 1433) viennent y
échanger épices, soie et porcelaine contre du fer, du bois, de l’ivoire et surtout l’or du Monomotapa, dont la production
est estimée à 10t/an durant tout le XVe siècle.

 

On comprend donc pourquoi les marchands européens, Portugais et Génois en tête, tentent une stratégie de
contournement par l’Atlantique au XVe siècle. Jusqu’en 1434, le cap Bojador ne peut être franchi du fait des alizés, des
anticyclones et des navires trop peu maniables. Et le fait est qu’une fois cet obstacle franchi, les marchands portugais
vont être déçus par les petits bénéfices qu’ils réalisent, incapables qu’ils sont de détourner le commerce transsaharien.
C’est, entre autres, ce qui va les pousser, de déception en déception, d’eldorado en royaume du prêtre Jean, jusqu’au
Monomotapa et jusqu’à l’Inde. On comprend également pourquoi, déçus, ils se tournent vers le commerce plus
rentable des esclaves.
Ce commerce n’est pas une nouveauté, puisque certains esclaves noirs atteignent l’Europe dès le Moyen Age. On
signale par exemple 23 esclaves noirs à Catane en 1145 ; d’autres au XIVe en Roussillon, alors qu’à Naples au XVe,
83% des esclaves sont noirs. C’est durant ce XVe siècle que ce commerce, mené par les Catalans, les Portugais et les Génois, va se développer. Les noirs « de Guinée », acheminés par l’Atlantique, sont de plus en plus nombreux sur le marché. On en vend par exemple 800 à Valence en 1495. Mécaniquement, leur prix baisse (de 1 cheval pour 6 esclaves à 1 cheval pour 15 esclaves) et on leur réserve les travaux agricoles les plus durs. La hausse de la demande
européenne entraîne alors d’importants bouleversements dans société africaine, puisque pour payer les produits
d’importations européens, la chasse aux esclaves devra s’intensifier
En Afrique occidentale comme dans l’océan Indien, l’arrivée des européens va donc perturber un système commercial
international bien établi et contribuer à l’affaiblissement des royaumes qui en vivaient.

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans HISTOIRE-GEOGRAPHIE 5ème
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 11:55


Photob 001Les espaces étudiés sont islamisés dès le Xe s par des Berbères donc relation avec l’Islam du chapitre I.
Ne pas entrer dans le détail de l’histoire des royaumes.
C’est un espace complètement intégré au monde de la méditerranée (sauf le Nigéria)
L’exemple de l’empereur du mali et de son séjour au Caire avec son or explique en partie l’intérêt du
Portugal de longer les côtes de l’Afrique pour trouver « ce royaume d’or ».


CONNNAISSANCES
Une civilisation de l’Afrique subsaharienne (au choix), ainsi que les grands courants d’échanges des marchandises,
saisis dans leurs permanences (le sel et l’or du Soudan, les esclaves…) entre le VIIIe et le XVIe siècle.
Les traites orientale, transsaharienne et interne à l’Afrique noire : les routes commerciales, les acteurs et les
victimes du trafic.


DÉMARCHES
L’étude articule le temps long de l’histoire africaine entre le VIIIe et le XVIe siècle et l’exemple, au choix, d’une
civilisation de l’Afrique subsaharienne parmi les suivantes :
- l’empire du Ghana (VIIIe - XIIe siècle) ;
- l’empire du Mali (XIIIe- XIVe siècle) ;
- l’empire Songhaï (XIIe – XVIe siècle) ;
- le Monomotapa (XVe - XVIe siècle).
L’étude de la naissance et du développement des traites négrières est conduite à partir de l’exemple au choix d’une
route ou d’un trafic des esclaves vers l’Afrique du Nord ou l’Orient et débouche sur une carte des courants de la
traite des noirs avant le XVIe siècle.


CAPACITÉS
Connaître et utiliser les repères suivants
- La période et la situation de la civilisation de l’Afrique subsaharienne choisie par le professeur
- La conquête et l’expansion arabo-musulmane en Afrique du Nord et en Afrique orientale
- Carte de l’Afrique et de ses échanges entre le VIIIe et le XVIe siècle
Décrire quelques aspects
- d’une civilisation de l’Afrique subsaharienne et de sa production artistique
- de la traite orientale ou de la traite transsaharienne


PROBLÉMATIQUES
Cette partie du programme s’articule autour de deux points fortement liés l’un à l’autre, l’étude d’une civilisation de
l’Afrique subsaharienne, une première étude des traites négrières avant le XVIe siècle.
Il s’agit de redresser les clichés qui existent sur ces deux points : les colonisateurs du XIXe siècle ont longtemps
présenté l’Afrique comme un vide civilisationnel, par conviction et pour justifier le rôle civilisateur de l’Europe ; les
traites sont trop souvent réduites à l’espace atlantique, en oubliant celles qui auparavant ne concernent que
l’Afrique et qui jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement des civilisations africaines.
Dès lors, cette étude comporte trois enjeux majeurs : étudier un exemple de civilisation africaine fortement
méconnue ; voir les similitudes et les originalités de cet exemple africain par rapport aux exemples plus
classiques de l’Occident médiéval et de la civilisation musulmane, entrer dans l’histoire globale en montrant le
fonctionnement des traites négrières qui touchent à plusieurs aires de civilisation successives dans le temps et
dans l’espace.



SUPPORTS D’ÉTUDE
Les documents utilisables sont d’ordre iconographique (Portulan de Charles V ; images d’art africain, images
européennes ou orientales…), archéologique (ruines) et textuel (sources diverses souvent méconnues). D’autres
supports documentaires (reconstitutions, mosquée actuelle de Tombouctou…) sont bien sûr aussi utilisables.
Le débat sur les sources concernant l’Afrique a longtemps été faussé par l’idée que les Africains n’avaient pas
produit d’écrits ce qui rendait impossible l’écriture d’une histoire africaine. C’est après la Seconde Guerre mondiale,
avec notamment le travail d’intellectuels africains formés aux méthodes historiques, qu’une autre vision voit peu à
peu le jour. On a reconnu ainsi la validité des sources orales, établi que les sources écrites étaient plus
nombreuses que ce que l’on pensait (inscriptions dans la pierre, récits antiques, sources arabes médiévales,
nombreux récits historiques locaux d’Africains eux-mêmes retrouvés récemment, sources écrites d’origine
européenne) et bien sûr donné à l’archéologie toute sa place pour compléter et confirmer les sources écrites et les
traditions orales.
Parmi les civilisations proposées, trois sont des civilisations sahéliennes. Celle du Ghana présente la particularité
d’être antérieure à la colonisation du Sahel alors que l’empire du Mali et l’empire Songhaï sont officiellement
musulmans. Le Monomotapa est un ancien État de la région du Zambèze, ouvert sur la côte est de l’Afrique.
Dans le cadre de la civilisation choisie, le professeur peut mettre en valeur les points suivants : son extension
(importance du support cartographique) ; les modalités du pouvoir ; la richesse et la participation aux grands circuits
des échanges ; les réalisations artistiques et architecturales ; les contacts avec le monde arabo-musulman.
L’essentiel est de montrer que l’Afrique subsaharienne a donné naissance, dans les siècles correspondant
au Moyen Âge européen, à des civilisations brillantes et originales.
L’empire du Mali (XIIe-XIVesiècle) a été, par exemple, un État réputé jusqu’en Europe, surtout à son apogée lors du
règne du célèbre Kankan Moussa, représenté à l’égal d’un roi européen sur un portulan de 1375. De fondation
légendaire, toujours chanté par les griots actuels, cet empire a fondé sa puissance sur le contrôle du commerce de
l’or et des grandes villes du négoce transsaharien, dominé un gigantesque territoire (de l’Atlantique à l’est du Niger
actuel), et développé une civilisation brillante attirant lettrés, juristes et savants.
Parmi les grands courants d’échanges, la traite transsaharienne en direction du Maghreb et les traites orientales
par le Soudan et l’Égypte ou par l’océan Indien et les différentes formes d’esclavage qu’elles alimentent dans
monde arabo-musulman feront l’objet d’une étude spécifique.
On peut traiter cette partie du programme en présentant une civilisation puis en abordant une route de la
traite qui la concerne ou, au contraire, ne partant d’une telle route puis en montrant comment une empire
s’en est assuré la maîtrise.


PIÈGES À ÉVITER
− développer toute l’histoire de l’Afrique subsaharienne ;
− isoler la civilisation choisie des grands courants d’échange ;
− se lancer dans des comparaisons hasardeuses qui introduiraient des représentations contemporaines sans
rapport avec les acquis de la recherche.


POUR ALLER PLUS LOIN
• Boilley Pierre et Chrétien Jean-Pierre, Histoire de l’Afrique ancienne, VIIIe-XVIe siècle, Documentation
photographique n° 8075, 2010
• Pétré-Grenouilleau Olivier, Les traites négrières, Documentation photographique n° 8032, 2003
• Pétré-Grenouilleau Olivier, Les traites négrières, Essai d’histoire globale, Gallimard, 2004
• Ki-Zerbo Joseph, Histoire générale de l’Afrique, L’Afrique du 7eau 11e, tome 3, Unesco, 2005
• Ki-Zerbo Joseph, Niane Djibril-Tamsir, Histoire générale de l’Afrique, L’Afrique du 12eau 16e, tome 4, Unesco,
2010
• Simonis Françis (dir.), Comprendre l’Afrique soudanaise au Moyen Âge. Le temps des grands empires (Ghana,
Mali, Songhaï), Sceren-CRDP Aix-Marseille, 2010
• Site du Musée Dapper,

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans HISTOIRE-GEOGRAPHIE 5ème
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 11:34

Photob 001Etude Empereur Mansa Musa
L’empire du Mali (XIIe-XIVesiècle) a été un État réputé jusqu’en Europe, surtout à son apogée lors du
règne du célèbre Kankan Moussa, représenté à l’égal d’un roi européen sur un portulan de 1375. Cet
empire a fondé sa puissance sur le contrôle du commerce de l’or et des grandes villes du négoce
transsaharien. Il domine un gigantesque territoire (de l’Atlantique à l’est du Niger actuel). L’empire du
Mali a développé une civilisation brillante attirant lettrés, juristes et savants.


Aux XIIIe et XIVe siècle, l'empire du Mali s'étend sur un vaste territoire à l'ouest de l'Afrique. L'empereur du
Mali (le mansa) règne sur le pays depuis sa capitale, Niani. Il s'appuie sur des gouverneurs à l'intérieur de
l'Empire, et sur des royaumes vassaux à sa périphérie. Il dispose d'une armée considérable de fantassins et de
cavaliers.
L'Empire est prospère grâce à ses importantes mines d'or et au commerce (esclaves, noix de cota, sel...).
Les produits sont échangés aux marchands berbères et arabes dans les villes aux portes du désert, surtout
Tombouctou (DOC. q et Gao. L'empereur, qui dispose d'une partie de l'or du pays, est très riche et possède de
nombreux esclaves.
La population est musulmane et on construit dans l'Empire des mosquées dans un style propre au Mali. Les
artisans fabriquent aussi des sculptures originales représentant des figures humaines.

 

 

Kanga Moussa est le dixième « mansa » (roi des rois) de l'empire du Mali de 1312 à 1332 ou 1337. Lors de sonmali_empire_mansa_musa.jpg
ascension sur le trône, l'empire du Mali est constitué de territoires ayant appartenu à l'empire du Ghana et à
Melle (Mali) ainsi que les zones environnantes. Moussa porte de nombreux titres, émir de Melle, seigneur des
mines de Wangara, ou conquérant de Ghanata, Fouta-Djalon et, d'au moins une douzaine d'autres régions. Il
porte l’Empire du Mali à son apogée, du Fouta-Djalon à Agadez et sur les anciens empires du Ghana et des
Songhaï. Il établit des relations diplomatiques suivies avec le Portugal, le Maroc, la Tunisie et l’Égypte.
Considéré comme l'un des souverains les plus richissimes de son époque, son règne correspond à l'âge d'or de
l'empire malien.


Signification du nom Kanga Moussa
Kanga Moussa signifie « Moussa, fils de Kankou » en référence à sa mère, d'autres variantes de ce nom sont
Kankou Moussa et Kankan Moussa. Il est la plupart du temps désigné sous le nom de Mansa Moussa dans les
textes historiques européens et dans la littérature. D'autres variantes de son nom telles que Mali-koy Kankan
Moussa, Gonga Moussa et le « lion du Mali » existent.


manife5.jpgPèlerinage à la Mecque de Kanga Moussa
Le pèlerinage à la Mecque de Kanga Moussa le rendra célèbre en Afrique du Nord et dans le Proche-Orient. Il
part pour l'Arabie en 1324, sa suite comprend 60 000 hommes, 12 000 esclaves, des hérauts vêtus de soie et
porteurs de bâtons d'or s'occupent des chevaux et des sacs. Moussa fournit tout ce dont a besoin la procession,
fournissant nourriture aux hommes et aux animaux. Au sein de la caravane se trouvent aussi, selon certains
récits 80 dromadaires portant entre 50 et 300 livres d'or en poudre chacun. Dans chaque ville qu'il traverse,
Moussa offre ses richesses. Il est aussi indiqué qu'il construit une nouvelle mosquée chaque vendredi, quelle
que soit la localité où il s'arrête ce jour-là.
Plusieurs témoins directs rendent compte de son voyage. Ils sont tous impressionnés par la richesse du
souverain et par l'importance de sa suite, dont le souvenir est rapporté dans de multiples sources.
Cependant, la générosité de Moussa provoque des effet secondaires dévastateurs, ruinant l'économie des
régions qu'il traverse. Au Caire, à Médine et à La Mecque, l'afflux soudain d'or provoque une dévaluation de ce
métal qui durera pendant dix ans. Le prix des biens de consommation connaît une forte inflation, le marché
tentant de s'adapter à l'afflux de richesses accompagnant la venue du roi malien. Afin de rectifier le cours de l'or,
Moussa emprunte à haut intérêt tout l'or qu'il peut emporter aux prêteurs du Caire. C'est la seule fois dans
l'histoire qu'un homme contrôle directement le prix de l'or du bassin méditerranéen.

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans HISTOIRE-GEOGRAPHIE 5ème
commenter cet article

Articles Récents