Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • : Ce blog traite des causes endogènes et exogènes liées à la pauvreté de l'Afrique. Il fait par ailleurs un pont entre l'Afrique et la France: la françafrique.
  • Contact

Recherche

Archives

16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 13:49
  • Quel est le rôle du Politique  dans les sociétés actuelles ?

 Photob 001Devant l'actualité très mouvementée  par les déboires sexuels de D.S. Kahn, le commun des mortels se pose légitimement la question: quel est le rôle du Politique dans les sociétés actuelles ?

 

Les hommes politiques de la même espèce que celle de S. Kahn valent -ils la peine de nous diriger ?  Sommes nous contrains de nous laisser gouverner par ceux  dont la personnalité n'est pas bien cernée ?

Est-il possible de mesurer la libido d'un politique avant de lui confier la gestion de la cité ? En un mot, avons nous le droit d'élire un névrosé à la tête d'un pays ? 

 

On se rend bien vite compte que ces interrogations sont quelque chose de complexe. Complexe aussi est leur domaine   d'intervention car le politique ne se limite en effet pas à une seule et unique tâche qui lui serait assignée, mais son action s’applique sur bon nombre de domaines, et ce serait une erreur de le réduire uniquement à l’un d’eux.

 

Un peuple mûr doit définir la nature et la fonction du politique . Ces fonctions vont en effet subir maintes retouches selon les pays et selon certaines réalités. Mais la plus part du temps les politiques infantilisent le peuple et le déclare inapte à la réflexion. Dans ce cas, le politique comme un peintre, procède en peignant tels pouvoirs ici, tels autres là.  En agissant de la sorte, il cumule tous les pouvoirs.

 

Un tel peuple doit être très attentif pour bien comprendre la manipulation  et le despotisme en voie de s'enraciner dans la société. Il faut aussi être attentif même aux moindres détails, je veux parler des pulsions sexuelles du politique  qui voudrait accéder au pouvoir.

 

Un peuple qui ne veut pas être réduit à rien se doit de ne pas laisser la politique au politique. Il doit limiter les parcelles
d'autorité du Prince. Et le Prince doit se concentrer sur sa mission, celle fixée par le peuple souverain. Sa mission lui imcombe d'emblée d'être comme quelqu'un de savant selon les mots de Platon.  Etre savant confère au politique le devoir de ne pas être comme tout le monde. Le politique "savant" est au dessus de la mêlée. Et, un peuple mûr se doit de définir, dans la limite de ses moyens, quelle science le politique est susceptible de détenir.

 

La première science pour un politique est celle qui rassemble son peuple, unifie sa nation. Le politique est donc le pasteur de la vie moderne. Quoiqu'il en soit, le rôle du politique est donc tout d’abord vu comme celui d'un mobilisateur d'énergies, toutes les  énergies dont son pays a besoin pour se défendre et pour dessiner le futur.

L’enjeu pour le politique est surtout de s’entraîner à devenir et rester savant par son esprit et son âme.

 

Mais le politique moderne élabore des stratégies de lutte pour le pouvoir qui s'appuient sur la division de la société entre les fumeurs et les non fumeurs, les hétéros et les homos, les autochtones et les étrangers, les bons citoyens et les mauvais citoyens... Le politique  despote  cherche à affaiblir son peuple en vue de le manipuler par des discours du retour  à l'âge d'or. 258559-jpg 147731

 

En nous montant les uns contre les autres par des stratégies mesquines, les petits politiques dessinent un boulevard qui les mènent au pouvoir. Malheureusement, chez les petits peuples, ces stratégies marchent souvent.  

 

Or la beauté d'un peuple est dans son unité. Briser cette beauté, c'est affaiblir son pays.  Or un peuple qui a perdu sa grandeur passe son temps sur des détails moins importants.  Le  peuple n'a pas le droit de tolérer que le politique le rende faible en le divisant. Ceci ne fait que renforcer les pouvoirs du Prince qui en tirant les ficelles de la division prend le peuple pour son paillasson. 

 

Pour se protéger d'un tel politique, le peuple doit veiller pour qu'un tel homme ne soit pas à sa tête, ce qui précipitera sa ruine, peut être sa disparition.

Lorsqu'un peuple confie son destin à un politique, il doit avoir les moyens de surveillance et de destitution d'un tel homme sans quoi, le peuple court avec lui à sa chute.

 

GBAGBODans un pays où le peuple a un pouvoir important sur le politique, où le peuple dirige le politique  tout va pour le mieux, la démocratie est réelle : le pays sort de la boue et va en se développant. Je parle du développement social. 

 

En revanche, dans le second état, le peuple laisse le politique diriger  à sa guise, et le cycle de la démocratie va en se dégradant, c’est-à-dire sous la forme que nous connaissons actuellement.

 

Une fois de plus, pour qu'un tel état fonctionne, il faut que le politique soit sage même si Dans L’apologie de Socrate, Platon pense que seuls les Dieux sont sages, seuls les Dieux sont sophos. Soit. Le politique doit  dans ce cas, imiter les Dieux  qui lui sont supérieurs pour le Bien de son peuple, en se gardant de tout abus de pouvoir,  c’est-à-dire en n’utilisant pas sa position avantageuse dans d’autres fins que celles de laisser la démocratie et la justice prendre le dessus.

Le politique ne doit pas outrepasser la loi de son pays, fruit de la coutume et des hommes. Il doit avoir un respect presque religieux pour son peuple. Le peuple doit être très vigilant pour que le Prince ne soit pas seul à gouverner mais à plusieurs: la justice et le législatif ne doivent pas être concentrés entre ses mains.

 

monta17 Mais malgré toutes ces précautions, il est  quasiment impossible d'être à l'abri d'un despote dans le cycle de vie actuel.  Si toutefois des candidats se présentaient, le peuple s’empresserait évidemment de les cerner avant de confier la cité à l'un d'entre eux.

 

Cerner un candidat c'est vérifier qu'un tel homme :

 

 

- N'a pas des désirs sexuels incontrôlés. Ces nourritures terrestres brisent des destins et des visions. Elles apportent

   des divisions et des ruptures scandaleuses.

- N'est pas envahi  par des vagues de natures sexuelles qui l'engloutissent.

- N'est pas victime de ses petites pulsions qui rendent tout homme vulnérable et le traîne dans la boue.

- N' a pas un esprit qui échappe à son contrôle comme s'il était étranger, agissant de manière incompréhensible.

- Maîtrise son esprit en tirant le plus grand parti de ses capacités en contrôlant ses pulsions et en efforçant de 

  maintenir son équilibre psychique.

- N'utilise pas le pouvoir pour obtenir des relations sexuelles non consenties

- N' a pas l'instabilité émotive

- Impose une discipline, une rigueur qui peut, en surface, donner de bons résultats.

- N'est pas un déséquilibré névrotique

- A la paix intérieure

- Réprime ses pulsions

- Affronte avec cran la réalité de ses sentiments

- N'est pas frustré en amour, car un sujet frustré finit par ne plus être une personne.

- Est psychologiquement sain

- A une certaine autodiscipline, équilibré

- N'est pas un névrosé, un neurasthénique, qui ne doit pas souffrir de graves difficultés dans sa vie sexuelle

- Ne doit pas avoir une déplorable éducation sexuelle

- N'est pas affecté par la névrose obsessionnelle

- N'est pas dépendant de ses émotions

- Sait ce qu'il est

- Ne gaspille pas inutilement ses énergies

- Évite les idées obsédantes

- Ne se vautre pas dans le sexe et les petits plaisirs

- Ne rêve pas de succès , de gloire 

 

 

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans MONDE
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:27

LEMONDE.FR avec AFP | 14.03.11 | 17h37  •  Mis à jour le 14.03.11 | 18h37

 

 

 

 

Le site nucléaire de Tricastin, dans la vallée du Rhône.AFP/FRED DUFOUR

 

 

Le cœur d'un réacteur nucléaire est constitué de tubes en alliage de zirconium, ou gaines, contenant des pastilles d'uranium (ou de plutonium), réunis dans ce que les ingénieurs appellent des assemblages combustibles. De l'eau circule entre les barres pour générer de la vapeur, qui est envoyée dans une turbine afin de produire de l'électricité.

Le réacteur est le site où s'opère la fission des noyaux d'atomes d'uranium, provoquant une réaction en chaîne qui produit de la chaleur, de nouveaux éléments radioactifs comme le strontium ou le césium, et de nouveaux neutrons "libres" qui prolongent le processus.

Vendredi, quelques secondes après le séisme, la réaction en chaîne a été arrêtée automatiquement dans toutes lesC13D303C28EDFD1C28EF9D1F2A37FB centrales du pays. Les barres de contrôle contenant du bore, élément chimique qui absorbe les neutrons, ont bloqué le processus. Mais même après l'arrêt, la désintégration naturelle des matériaux radioactifs dans le cœur du réacteur continue de produire de la chaleur, qui descend au quart de son niveau initial au bout d'une heure, et se réduit ensuite plus lentement.

REFROIDIR LE CŒUR DES RÉACTEURS

Cette chaleur disparaît normalement grâce aux pompes de refroidissement, mais à Fukushima Dai-Ichi, celles-ci n'ont pas fonctionné car les générateurs de secours ont été touchés par le séisme et le tsunami. Pour cette raison, les équipes de secours ont injecté de l'eau de mer dans les réacteurs. Il est essentiel de refroidir le cœur des réacteurs car même en l'absence de réactions en chaîne, la chaleur reste suffisante pour faire fondre les gaines de métal qui entourent le combustible nucléaire.

Si ces gaines sont trop chaudes, une réaction chimique se produit avec l'eau qui les entoure et se dégage alors de l'hydrogène, explosif au contact de l'oxygène de l'air. C'est cet hydrogène qui est, selon les experts et les autorités, à l'origine des deux explosions constatées jusqu'ici sur le site de Fukushima Dai-Ichi, sur le réacteur n° 1, samedi, et le réacteur n° 3, lundi.

IL N'Y A PLUS DE RISQUE D'EXPLOSION, SELON LES EXPERTS

Le cœur du réacteur est contenu dans un récipient d'acier, la cuve, qui est elle-même entourée d'une enceinte de confinement en béton. A Fukushima, ces caissons sont entourés d'une structure métallique, qui n'a pas d'incidence sur le plan de la sécurité. C'est cette structure, et non le caisson, qui a été soufflée samedi sur le réacteur n° 1, assurent les autorités.

Si la cuve d'un réacteur venait à se fissurer, cela provoquerait une hausse des niveaux de radiation, mais les experts estiment qu'il n'y a plus de risque d'explosion, car la chaleur n'est plus suffisante. Le risque le plus grave aujourd'hui est une fusion du cœur, ce qui condamnerait définitivement l'installation, car il est très difficile voire impossible dans ce cas de retirer le combustible. C'est ce qui s'est produit en 1979 lors de l'accident de Three Mile Island, en Pennsylvanie.

Dans le cas de l'accident de Tchernobyl, en 1986, le plus grave de l'histoire du nucléaire civil, la situation était différente car les barres de contrôle ne sont pas parvenues à bloquer la réaction en chaîne, provoquant des explosions qui ont détruit le réacteur. Selon l'échelle de gravité mise au point après Tchernobyl, l'accident de la centrale ukrainienne a atteint le niveau maximal de 7, celui de Three Mile Island était de niveau 5. Les problèmes à la centrale de Fukushima Dai-Ichi ont pour l'heure été classés de niveau 4.

 

A venir sur Le Monde.fr : Une infographie qui décrit la structure et le fonctionnement d'un réacteur nucléaire.

 

 

 

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans MONDE
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:10

C13D303C28EDFD1C28EF9D1F2A37FB.jpgBrice Matingou Ce qui se passe au Japon, c'est un drâme absolu, c'est un traumatisme qui s'ajoute à d'autres traumatismes que ce pays a connus depuis 1945 et même avant. Le Japon ne s'est construit que par la force d'âme et la cohésion sociale. Ma conviction est que ce pays va se reconstruire car les Japonais savent le le faire, ils ne savent faire que cela. La catastrophe naturelle a causé déjà plus de 15000 morts. Et si la catastrophe nucléaire a lieu, nous  serons dans l'apocalypse.
news.fr.msn.com
‎10H25 - Messages - Google se met au service de la recherche de personnes disparues ou sinistrées et offre des informations utiles: ce matin près de Retrouvez toute l'actualité internationale, Française, politique, économique, financière, sportive: journal télé, vidéos et photos avec MSN
Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans MONDE
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 13:01


             Photob 001 Pourquoi tant de souffrances et des pauvres ici et ailleurs ? Qui est responsables de nos malheurs ? Sans nul doute, il s'agit de l'homme dit blanc. Pour nous en rendre compte un recul historique est indispensable afin d'éclairer notre pensée.

 

 L'homme occidental contrairement à l'homme oriental ou austral est arrivé à mettre en place un système  planétaire dont lui seul est le dominant et tous les autres les dominés. C'est lui qui fixe toutes les règles selon son humeurs et ses  intérêts. Ses intérêts priment. Le resultat d'une telle entreprise est la destruction, si on n' y prend pas garde, de notre planète.

 

Aujourd'hui, il est plus qu' impérieux de trouver des solutions durables pour sortir notre planète du chaos écologique dans lequel elle est plongée. Il s'agit aussi de mobiliser toutes les énergies planétaires comme si nous étions tous responsables de la destruction de la terre. Certainement, l'heure n'est plus au jugement. Certes.  Mais, comment mobiliser les efforts de tous  si nous ne comprenons  pas comment nous  en sommes  arrivés là ? 

 Pour la petite histoire J.J. Rousseau dans son ouvrage, Principe du contrat social,  nous fournit des éléments de réponses. En effet, il explique qu'au début de l'humanité, qui correspond à l'état de nature, l'homme vivait en harmonie avec la nature. Et, il vivait heureux. Un jour, un imposteur s'est présenté devant les gens assez faibles pour le croire et leur déclara " ceci est à moi" . C'est l'origine de la propriété privée. Il devenait propriétaire des terres et de tous les biens qui s'y trouvaient, les hommes y compris. Ces derniers devenus ses sujets lui devaient soumission, obéissance, taxes et impôts. C'est l'état de société. L'homme  perdit son bonheur. C'est le début d'une chaîne de malheurs pour la majorité d'entre nous.

 L'imposteur-spoliateur, devenu propriétaire et reconnu comme tel, imposa des lois pour le protéger et mit toute l'armée et la police à son service pour arrêter toute tentative de remise en cause de son autorité et de sa propriété. Les tribunaux devaient juger en sa faveur. Rousseau dira "les lois sont faites pour les fripouilles". Les sujets devenaient des machines de production des biens du chef ROI ou Seigneur. Il a le droit de vie ou de mort sur les autres. C'est ce que K. Marx appellera "l'exploitation de l'homme par l'homme". C'est la naissance de l'esclavagisme. L'homme fut privé de tous ses droits et liberté sauf celui de respirer, une bête de somme dont la seule mission est de travailler, toujours travailler. Et, quand les Indiens ne pouvaient accomplir la tâche, il n'hésita pas à aller chercher de robustes hommes en  Afrique pour un voyage sans retour vers les Amériques. La satisfaction tirée de cette exploitation par le despote devenu impérialiste est totale. Car le bénéfice dépasse toute estimation. Le Nègre, sa femme, leurs enfants nés et à naître sont propriétés exclusives du maître. 140px-BLAKE10

 

Dans les sociétés beaucoup plus anciennes comme la Grèce antique, les archéologues ont retrouvé les traces de l'existence des esclaves, plusieurs siècles avant J. Christ. Nous ne citerons pas les Hébreux en Egypte tant qu' aucune de leurs traces ne seront trouvées par les archéologues. Dans tous les cas, partout l'homme est dans les fers au profit de son propriétaire dont la seule motivation est d'accumuler des biens. L' impérialiste devenait cupide.
                  Dans sa cupidité, il a détruit en lui ce qu'il y avait de précieux en l'homme: L'énergie d'amour. Il a réduit les autres en producteurs. Lui affectant un salaire minimum pour des besoins minima. Partout où l'impérialiste est passé, il a modifié les rapports que l'humanité avait avec la nature. Il a soumis la nature à ses caprices devenant maître et possesseur  selon les mots de F. Bacon. Il faut à tous prix transformer la nature peu importe sa forme finale. La dominer. Le but est claire. Amasser, encore amasser les trésors de la terre. Devenir riche. La richesse à ses yeux  confère la puissance. La puissance à son tour confère le bonheur. Le bonheur. Pour y arriver, la fin justifie les moyens. Pour faire de l'Allemagne-Europe une grande nation, Hitler n'hésita pas à massacrer les juifs pour leur soutirer toutes leurs richesses. C'était, pensait-il le moyen le plus efficace. Dans la vision du cupide, l'argent passe avant l'homme. Or, en faisant du mal à l'homme, on fait du mal à la nature, à l'environnement car l'homme est une partie de la nature.

 Dans la vision orientale de l'homme, il est une partie de la nature.  Pour n'avoir pas compris cette verité, le cupide occidental a tout détruit autour de lui et loin de lui. La forêt de la cuvette congolaise va disparaître. L'Amazonie connaît le même sort. C'est la puissance de la vision utilitariste qui gouverne le monde. Tout doit rapporter. Dans les années 70, la France a besoin de la main d'oeuvre africaine, il faut aller les chercher. Les années 2000, plus besoin de la main d'oeuvre, l'homme africain devient l'immigré qu'il faut traquer comme un méchant lion au milieu des loups. Lors de la première et la deuxième guerre mondiale, il a fallu mobiliser des milliers d'africains pour sauver la métropole contre l'Allemagne,l'ennemie. Aujourd'hui, au nom de l'amitié franco-allemande soutenue par l'union européenne, Sarkozy fait surveiller les frontières européennes contre des africains, ennemis. L'histoire a t-elle un sens ? Les autres ne sont importants que s'il a besoin d'eux.


               C'est une vision égoïste qui caractérise l'impérialiste devenu colonialiste. Au centre il y a lui. Tout ce qui est meilleur est à lui. C'est tout le sens des missions civilisatrices nommées la colonisation. Il a reçu de la nature le don, le droit et le devoir de civiliser tous les autres peuples de la terre. C'est l'égoïsme poussé à l'extrême, proche de la folie. Manger, s'habiller, parler, penser, agir, réagir.... comme lui. Pas d'alternative possible. Soit on assimile la civilisation, soit on reste sauvage. Sauvage ! Personne ne veut rester sauvage au risque d'être rejeté. Quel malheur! Le sauvage est   compris comme celui qui ne fait pas comme l'homme dit blanc. A cet exercice, les Africains mieux que les Asiatique ont assimilé la léçon. Ils n'ont rien compris mais tout appris et  tout pris. En agissant de la sorte, l'Africain a perdu ce qui le caractérisait: sa personalité. Il est devenu cet homme à la "peau noire masque blanc". Il a perdu ses repères et se perd. Pour tout dire, il est perdu. En Afrique, parler la langue de Molière avec ses enfants en ville comme au village est un signe de prestige. Des milliers d'enfants grandissent ainsi sans connaître une seule langue africaine. C'est le complexe, signe extérieur de l'idiotie.


                 Si l'Asiatique, au contraire, a tout compris de l'homme blanc, sans rien perdre de lui même, il a tout pris. C'est ce qui fait sa force aujourd'hui. Ce n'est pas étonnant que le 21e siècle soit celui de la Chine. Les voilà partis pour recolonialiser l'Afrique. Arracher ce que les occidentaux preservaient pour les années futures.
              Le comble est poussé encore plus loin, presqu'à l'extrême quand il a s'agit de définir le degré d'intelligence par la couleur de la peau. Quelle misère! Plus un homme est blanc, plus il est intelligent. Aujourd'hui, diable! il y a encore des millions d'imbéciles qui pensent comme cela. Ces hommes à l'esprit non évolué ont détruit l'équilibre de la planète. Ceux qui croient à l'existence des races en dehors de la race humaine, ces racistes, pour qui l'Afrique est trop riche pour les africains. Ils ont trouvé en face des gens assez cons qui blanchissent leur peau pour être beaux. Oh misérables!
           L'homme occidental accumule les richesses de la terre pour lui seul. Ce qui appartenait à tous, pour la survie de toute l'humanité est devenu la propriété de quelques uns. En effet, 90 % de la richesse du monde est propriété exclusive des 10 % d'habitants de la terre. 95 % parmi eux  vivent en Occident. Pendant ce temps, un enfant meurt  de malnutrition  toutes les 5 minutes dans le monde. Une indifférence choquante. Ces riches et fiers de l'être à eux seuls peuvent résoudre le problème de la pauvreté dans le monde. Au lieu de cela, ils accumulent sans cesse pour faire de leurs enfants des héritiers "heureux". Encore une vision trop occidental du bonheur. Un bonheur insolent. Comment expliquer le nombre très élevé de suicidés, stressés, angoissés, névrosés et autres formes de maladies de même nature  en Occident si le bonheur était lié à la possession des biens  ?


           Aujourd'hui comme hier, rien n'a changé. Copenhague n'a rien changé. Les pollueurs continuent de polluer. Les despotes continuent de nous exploiter à la même allure qu'au 20e siècle. Mais cette fois, nous sommes producteurs et consommateurs. Consommateurs. Il a réussi à faire de nous de gros consommateurs. La formule est très simple. Il nous donne l'impression que nous pouvons aussi vivre à peu près comme lui: acheter une voiture, une maison  etc. La différence, est que, c'est lui qui nous octroie les crédits bancaires. Le capitaliste fixe ses taux à sa convenance. Il est presque sûr que nous ne pourrons pas du tout y arriver de telle sorte qu'il a toujours les moyens de tout récupérer. Il a des huissiers pour cela. De nos jours, des milliers de ménages sont tout simplement en faillite. Pour les ménages qui malgré tout ont l'illusion de s'en sortir, c'est au prix de toute leur vie. Un ménage pauvre qui accède à la propriété ne sera propriétaire de son logement qu'au bout de trente ou quarante ans soit entre 60 et 70 ans pour le monsieur et 50 à 60 ans pour la pauvre femme. On a passé toute sa vie à travailler pour le despote devenu banquier comme sous l'esclavagisme et le colonialisme. Quelqu'un disait, nous sommes toujours liés mais les chaînes sont en or, c'est toujours les chaînes. Comment il peut en être autrement ?

 

 Les pauvres que nous sommes n'avons pas de porte de salut. Nous sommes ceux que le système suce jusqu'à n'être plus que des simples épaves. Il n' y aplus de doute, nous travaillerons pour les capitalistes jusqu'à épuisement, 67 d'abord, 77 ans ensuite et 87 ans. 

                      Qui a dit que l'esclavage avait été abolie ? Quelle que soit sa forme l'esclavage existe toujours. L'homme noir n'était plus dans les champs de canne-à-sucre. Son propriétaire lui a dit "tu peux t'en aller" par ce qu'au fond la canne-à-sucre était remplacé par la betterave pour la fabrication du sucre. Cette nouvelle culture n'exigeait plus une main d'oeuvre abondante. Contrairement à ce qu'on nous fait croire, Le capitaliste n'était pas devenu bon comme par miracle au point de libérer les noirs, ses noirs. Mais, c'est grâce à la betterave que les noirs sont devenus libres. D'ailleurs, de quelle liberté parlons nous ? Où pouvait -il aller travailler ? Il ne devait retourner que dans les champs. C'était là, leur place. Et Obama? Me diriez-vous. Ce cas m'échappe. Mais, il n'échappe pas aux gros industriels et pétroliers de la planète qui ont la main mise sur sa sécurité défaillante. Et, si tout était calculé.


                  Oui, l'Occidental est calculateur. C'est un homme intéressé. Il est attiré par le gain, le profit même s'il faut détruire la planète pour cela. C'est dans la nature de son mode de développement. En plus, il appelle ça développement, un système qui detruit des milliers de vie par jour et que les dirigeants africains betement ont érrigé comme modèle.  Un modèle qui a montré ses limites et a atteint son apogée dans la destruction. Un modèle que l'homme ne peut plus contrôler, c'est le cas du nucléaire.  Comment faire avancer le désarmement nucléaire ?

 

Personne ne se préoccupe de cette question et pourtant le nucléaire pourrait être responsable des désastres au-delà du contrôle des êtres humains. L'homme est devenu dangereux pour lui-même à cause des effets qui résultent des activités humaines.

 

 

             Il n y a pas de doute sur le fait que le despote de Rousseau qui a survécu à la première et la deuxième guerre mondiale, l'héritier des négriers qui ont bâti leurs fortunes sur le sang et la sueur des millions d'africains du 12e siècle à nos jours, celui qui n'hésite pas de spolier et d'exproprier des millions de ménages pauvres dans le monde et qui malgré tout est malheureux, est seul responsable de la destruction de l'environnement qui explique chaque année des milliers d'éco-réfugiés. 

 

Aujourd'hui, il  veut imposer aux ménages pauvres de payer la taxe carbonne. Comble d'injustice! Tant que c'est lui qui fera des lois, elles seront toujours en sa faveur.

 

Oh malheureux que je suis, où sont les révolutionnaires ? Excusez, ils ont tous été tués. Par qui ? Me demanderez.-vous ? Mais, c'est le même quand il s'appelle mondialiste aux intérêts économiques ramiffiés, il fait et refait les résultats des élections présidentielles en Afrique.

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans MONDE
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 07:02
_________________________________________

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme.

Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression.

Considérant qu'il est essentiel d'encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes, et qu'ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l'Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu'une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L'Assemblée Générale proclame la présente Déclaration Universelle des Droits de l'Homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2
Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion,
d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4
Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5
Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6
Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre
toute provocation à une telle discrimination.

Article 8
Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9
Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10
Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11
1. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa
défense lui auront été assurées.

2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d'après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'acte délictueux a été commis.

Article 12
Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13
1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.

2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14
1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.

2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15
1. Tout individu a droit à une nationalité.

2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16
1. A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.

2. Le mariage ne peut être conclu qu'avec le libre et plein consentement des futurs époux.

3. La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'Etat.

Article 17
1. Toute personne, aussi bien seule qu'en collectivité, a droit à la propriété.

2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 18
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

Article 19
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Article 20
1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques.

2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association.

Article 21
1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis.

2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d'égalité, aux fonctions publiques de son pays.

3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22
Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l'effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l'organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23
1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.

3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.

4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24
Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés pays périodiques.

Article 25
1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.

2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26
1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.

2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.

3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.

Article 27
1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.

2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur.

Article 28
Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Article 29
1. L'individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.

2. Dans l'exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n'est soumis qu'aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l'ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.

3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s'exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30
Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.
Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans MONDE
commenter cet article

Articles Récents