Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • AFRIQUE-PAUVRETE-AVENIR
  • : Ce blog traite des causes endogènes et exogènes liées à la pauvreté de l'Afrique. Il fait par ailleurs un pont entre l'Afrique et la France: la françafrique.
  • Contact

Recherche

Archives

9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 14:48

Photob 001Le pouvoir, en Afrique ou ailleurs, au XVIIe siècle ou au XXIe siècle  confère un statut presque d'invincibilité. Du moins c'est ce que croient les idiots qui ont gouverné notre monde et ceux qui  nous gouvernent. Ces malades, très faibles d'esprits, une fois qu' ils ont accédé au pouvoir rêvent d'immortalité. Ils souffrent d'une soif de grandeur. C'est leur mal majeur. De Saül à Alexandre le Grand, de Ramses II à Jules César, de Darius à Napoléon, de Louis XVI à Hitler, de Mussolini à Castro, de Staline à Kim il Sung, de Bokassa à Pinochet, de Mobutu à Gbagbo, de Charles Taylor à ...

Si longue est la liste de tous ces malades qui ont marqué le monde de leurs empreintes.

Pour justifier leur pouvoir, ils ont recours à quelques justifications mystiques qui les placent au dessus du peuple, presque l'égale des dieux.

 Mais, tout cela n'a été rendu possible que par ce qu'ils ont trouvé en face d'eux des gens assez cons qui ont cru et qui croient que le pouvoir de tous ces despotes vient des dieux. Ces premiers croyants forment la cour du Prince. Ils s'agit  des amis du chef, de sa famille et des courtisans.   

Ainsi, se construit un clan qui a pour missions de protection et de conversion. Protéger le Prince contre toute forme de contestation et convertir le bas peuple à sa religion: admettre l'évidence, le Prince a reçu des dieux le droit de commander au peuple.

 

Le clan une fois formé et consolidé se donne des droits sous la protection du Prince qui à son tour les reconnaît et les promulgue. Pour  l'essentiel, ces droits se résument en ceci: spolier et exproprier le peuple au  nom du Prince mais pour leur compte, le droit d'être plus con que le Prince et l'admettre comme tel même  si c'est contre leur éducation primaire.

Mais, Ces renégats, ces vautours, ces nouveaux nobles ont d'autres droits qui rendent leur situation enviable. Ils vivent dans une sorte de subordination au Prince. Ils dépouillent dans presque tout le pays. Ils épuisent le peuple. Ils dépendent entièrement du pouvoir du Prince pour subsister. Ainsi, ils ont tout intérêt que le Prince soit éternel. 

 

Les vautours sont bien maîtres des vies et des biens des honnêtes citoyens. Le Prince et les siens n'ont pas la même justice que le reste des hommes. Ils jouissent de tous les droits, tous les privilèges, toutes les prérogatives, de la prééminence, des franchises, de toutes les libertés, de toutes les exemptions et de toutes les immunités.

Les Puissants sont exemptés des devoirs, ils possèdent des privilèges de voir le chef et d'essuyer ses bottes, ils jouissent de la présomption à vie, ils se donnent des airs de grandeurs, ils ont le coeur pour haïr et les mains pour égorger. Ils n'ont aucune pitié pour les maux des citoyens. Ils n'aiment que leur gloire. Leurs peuples qu'ils devraient aimer comme leurs enfants, meurent de faim. Une partie du peuple est réduite à la mendicité. Les autres sont fort malaisées et embarrassées de dettes. Les enfants de la rue cherchent de quoi soutenir leur vie languissante par les charités des bonnes gens.

Les renégats font ce qu'ils veulent de la justice et des droits des autres. Ils sont devenus des nouveaux seigneurs. Ils sont au dessus des autres.

Ces seigneurs ont affaibli l'état. Ils paraissent respectables le jour mais, ils sont horribles la nuit. Ils connaissent tous les juges qui font une application personnalisée des lois en faveur des puissants.

 

Les seigneurs surveillent ce que le peuple pense, dit et écrit au sujet du Prince. Les auteurs s'exposent au châtiment des membres du clan. Ces forcenés enlèvent des bras de sa femme, de ses enfants au milieu de la nuit les citoyens, pour être conduit au petit matin.  Ils poursuivent le citoyen en raison de son opinions. De la même façon, ils entravent la liberté des débats. Ils forment des milices secrètes. Ils produisent la haine et les persécutions. Ils sont affreux. Parfois, plus affreux que le Prince. On dit souvent vaut mieux avoir affaire au Prince en personne  qu'à un de ces forcenés.

  

 

Ils  ont plus des pouvoirs que l'état. Pour tout dire, l'état, c'est eux.  Ainsi, le clan des Présidents sont-ils omniprésents dans tous les postes stratégiques. Ces héritiers de chefs  causent des maux très dommageables à la société africaine. Ils sont à l'origine de la ruine la plus considérable des ressources africaines. Les peuples connaissent une vie de misère. Ils mènent une vie dure et précaire à cause de ces tyrans.

 

 

Des milliers des jeunes tyrannisés désertent le continent. Des restés, je ne saurait dire s'ils y sont par manque de stratégie de fuite ou par goût pour le continent. 

Les peuples mènent une vie de misère. Ils connaissent une vie dure et précaire. Manger, se soigner, l'éducation des enfants sont devenus un luxe.

En Afrique les gouvernements loin d'être au service du peuple, pour réaliser ses aspirations qui sont la liberté et la recherche du bonheur, travaillent pour le Prince et les ventres des membres de son clan.

 

Dans beaucoup des cas le peuple terrorisé  et traumatisé est contraint à  l'obéissance et au silence sous peine des galères, parfois / souvent les citoyens sont las de compter les années  du Prince au pouvoir. Lui, même mort sera remplacé par un héritier plus con et plus idiot. C'est la désillusion pour tout ceux qui espéraient la disparition du Prince. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Brice MATINGOUT - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires

Congo Stories 05/08/2011 06:53



L'analyse est correcte et bonne, sauf que le nom de Bagbo n'est pas identifiable aux autres, car il n'était pas comme eux, mais on l'a fait subir l'injustice d'un complot internationalisé.



Brice MATINGOUT 09/08/2011 16:17



Soit. Mais, ne pas organiser les élections après une dizaine d'années d'exercice du pouvoir est la marque des princes qui ne respectent pas la démocratie.



Articles Récents